Mentir, c’est pas beau.

 GreenGreen2  green3epilogueGreen
Wouhou ! Un mois pour une note comme ça… vous ne m’en voulez pas ?
(Il reste quelqu’un, au moins ?)

Voici de quoi étayer un peu mes propos sinon, si le cœur vous en dit :

La page Wikipédia de l’écoblanchiment
Nectar of nature : rien que du greenwashing
Greenwahsing : comment repérer un faux produit naturel ?
Les 8 erreurs du Greenwashing
L’incroyable article (sponsorisé) d’Hello Valentine sur la machine à laver citée.
Et pour finir un article tout récent de Klaire fait Grr
sur l’image de la marque Nutella via la presse (très très intéressant).

Pour conclure sur le problème des produits (et de leur marketing)
un rapport récent propose l’étiquetage avec des pastilles de couleur pour montrer
la qualité nutritionnelle du produit. Ca vous parle, vous ?

A très vite (j’espère, argh).
Bisous bisous !

.

33 réflexions au sujet de « Mentir, c’est pas beau. »

  1. Sid

    … HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA ! Non en fait c’est pas drôle, mais, je me suis faite avoir de la même façon par la marque Nectar of Nature. Il a fallu que je m’ennuie dans mon bain pour réaliser que… Ho wait… C’est bourré de saloperies ! \o

    Sinon, j’ai eu le coup à cause du packaging d’une crème anti-bouton de la marque Noreva (Actipur) et une de mes amie (végan) a réalisé que la marque Bioderma n’était pas bio du tout.

    Pour terminer en m’éloignant du green washing, j’ai eu la décéption de découvrir que la gamme Cadum, supposée être une marque super respectueuse, bio, réservée aux bébés toussa toussa contenait du tallowate de sodium : une graisse animale pas super bonne pour la peau.

    Enfin bref, entre le green washing, le marché équitable qui n’est pas si équitable que ça et tout le tintouin, on peut dire que le Marketing aura notre peau.

    PS : En plus, elle est vraiment ridicule la déco du macdo de chez toi :3

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Wouh ! Cool ! Je vois que je suis pas seule 😀
      Ca m’avait fait plus que tiquer en voyant une crème de cette marque là dans une sélection « naturelle » sur MadmoiZelle et je m’étais dit qu’une note sur le sujet ce serait pas mal.

      Tu m’en apprends des choses sur Cadum, merde. Je vais aller regarder ça parce qu’on utilise que cette marque là (ouais, on est des gros bébés). Supayre.

      Répondre
      1. Sid

        Ha ouais ? Sur Madmoizelle ?!

        Nan bah j’en utilisais aussi puis pareil, dans un acces de procrastination lors d’une séance de menage de sdb j’ai decouvert ça. Je remercierai jamais assez ma procrastination. Mais je trouve ça un peu honteux venant d’une marque de cette envergure qui se vante d’utiliser des produits bio. Et fais attention aux restes des savons (Solides ou non) puisque c’est pas mal utilisé, notamment dans les savons de marseilles ><

        Répondre
  2. Lucie

    Héhé, il y a quelques temps j’ai vu un reportage sur les dangers du sel d’aluminium dans les déodorants (ils ont remarqué que beaucoup de cancer du sein commençaient du coté de l’aisselle à cause de ça). J’ai donc cherché un nouveau déo, et suis restée au moins 20 min dans le rayon à lire les étiquettes… Hé bah il n’y en a pas beaucoup, et beaucoup de marques écrivent « sans sel d’aluminium » mais utilisent de la pierre d’alun qui n’est autre que du sel d’alu… Bref, après avoir passé de longues minutes dans le rayon j’ai acheté un déodorant sans sel d’alu, qui n’est pas vraiment efficace et qui finalement contient du propylène glycol qui apparemment n’est pas bon non plus… Bref on ne s’en sort pas ^_^

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Ah, oui ! Les sels d’aluminium c’est vraiment pas bon et effectivement, pour trouver des déodorants sans c’est la galère 🙁

      Moi j’ai justement opté pour une pierre d’alum naturelle et apparemment c’est assez safe. Et puis ça remplit bien son rôle et c’est sans odeur, ça me va quoi 😀

      Mais ouais, dès qu’on regarde un peu on apprends qu’il y a dix-milles choses qui craignent. Sur ce site c’est assez bien expliqué et détaillé : http://www.laveritesurlescosmetiques.com/
      Bon courage ! 😀

      Répondre
      1. LaurentC

        Euh, désolé de te décourager… D’après Wikipédia, la formule chimique de la pierre d’alun est KAl(SO4)2 (sulfate double d’aluminium et de potassium), c’est à dire… un sel d’aluminium…
        Et la physique est dure : un seul d’aluminium vendu en coop bio reste un sel d’aluminium…

        Le problème est que, par cette seule phrase, tu montre aussi une forme de greenwashing, celle qui est propagée non pas par les méchants industriels, mais par les gentils bio…

        Quand je vois, dans ma région productrice de tomates, des tomates bio (en magasin bio) qui viennent de l’autre bout de l’Europe, ou du soja (bio) qui vient de Taïwan, je me dis qu’il y a un problème.

        Il est bien (et recommandé) de faire attention à notre comportement de consommateurs. Mais il faut être attentif à toutes les sirènes.

        Fais l’exercice : au lieu de prendre MacDo, prends n’importe quel magazine ou publication étiquetée « bio » (Satoriz ou autre), et fais le même exercice de décryptage. Je pense que tu serais surprise…

        Répondre
        1. Nepsie Auteur de l’article

          Bonjour Laurent !

          Oui, je suis d’accord et j’ai vu les remarques sur la pierre d’alun. On attend les études pour voir puisqu’il s’agit de suppositions pour le moment concernant la pierre d’alun naturelle mais tu as raison de le dire.

          Après ça fonctionne sur moi et je n’ai pas encore trouvé de solution miracle qui combine « sans alcool » « sans produits dégueus » et « sans sels d’aluminium ». Malheureusement j’ai du mal à me passer de déodorant donc je vais (peut-être à tort) continuer d’utiliser cette pierre naturelle qui en revanche ne produit que peu de déchets. C’est un choix quoi !

          Pour le reste je suis d’accord aussi et j’en avais justement fait une note 😉
          Le truc du « consommer sain pour soi » et « consommer sans trop d’impact » est difficile à réaliser et je le déplore aussi.

          J’ai du mal à acheter des choses du bout du monde d’ailleurs, qu’il soit ou non estampillé bio.

          Je ne pense pas que ce serait une surprise pour moi mais j’avoue que c’est révoltant et je ne dis pas le contraire 🙂

          Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Oui ! Les noms c’est vraiment trompeur.
      Tant qu’il n’y a pas le logo « bio cosmetic » ça ne vaut rien apparemment, encore faut-il que ce soit le bon :/ Et puis bio ça veut finalement pas toujours dire sain donc bon. La galère !

      Répondre
  3. nopster

    (expérience purement perso, mais peut-être vous pouvez essayer juste pour voir?)
    le déo, c’était vital pour moi sinon une heure à faire cours et j’avais des auréoles sur la chemise… super super.
    j’ai tout essayé, parfois du moins bien, parfois du super chimique que tu sues même plus et que ta peau elle se crocodilise avec le temps…
    et puis un jour j’en ai eut marre de lire les notice pour le savon et j’ai fini par faire mon savon pour être sur de ce qu’il y a dedans et du coup je le fais bien surgras… et là j’ai réalisé que le déo c’était pas raccord avec ma démarche… alors j’ai tout simplement arrêté le déo tout court.
    Au début c’était l’horreur, j’avais toujours une chemise de rechange car elles tenaient 1/2 journée voir moins.
    Au bout d’une semaine, miracle, plus de problème. plus rien, plus d’auréoles jamais…
    J’ai arrêté de stresser donc je sue moins et je suis plus agressé par le savon et le déo du coup tout va normalement et en fait au ‘naturel’ ben j’en ai pas besoin du déo…
    donc oui pendant des années j’ai acheté et utilisé des trucs qui entretenaient le problème plutôt que de le résoudre…
    sérieusement, faites des tests… vous n’imaginez pas à quel je me sens con à posteriori…
    sinon, puisque c’est aussi le sujet: pour qu’un produit soit étiqueté ‘bio’ il faut qu’une majeure partie de sa composition soit de provenance ‘bio’:
    vous n’imaginez pas le nombre de producteurs ou de transformeurs qui possèdent une source d’eau certifiée ‘bio’… Ben oué: 80% de tout aliment c’est de l’eau donc quoique ce soit ça devient ipso facto du « bio ».
    ça c’est du « real » « greenwashing »!
    … je sais pas vous, mais moi j’ai appris depuis tout petit: En france c’est un pays riche donc on mange mieux et de tout tous les jours c’est une super chance! mais aujourd’hui j’ai l’impression qu’on m’a toujours menti et qu’en fait on a rien gagné à avoir de tout… si on a pas un seul truc comestible sans risque. Mais bon c’est peut-être grâce à ça qu’on est riches? ha oui mais attends pourquoi on voulait être riches à la base?…
    ptet que la solution c’est devenir encore plus riche pour avoir de la nourriture encore meilleure? ou du moins je subodore que c’est comme ça que l’on va nous vendre le truc… pauvres de nous…

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Heureusement Toshiba et consorts arrivent pour créer des usines à légumes ! Ouf ! 😉
      Non mais tu as raison et je ne suis pas une aficionados du bio, j’ai même tendance à préférer le local au bio (à quoi ça sert qu’on mange bio tout de suite si c’est pour ne plus avoir de terres non polluées par la suite à cause du transport, hein ? ;)).

      Mais oui, c’est rageant…

      Répondre
  4. Aurélie

    Pour y voir peut-être plus clair avant de faire les courses http://www.noteo.info/, car c’est vrai c’est un vrai casse-tête alors au final on prend au hasard, avec un joli dessin nature sur l’emballage!
    Sinon faut aussi lire le livre Zero Déchets!

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Ah, super, merci !
      Je viens de découvrir que mes pates étaient bien notées d’ailleurs (9,4 / 10, super ! ahah).
      Je garde ce site de côté, ça a l’air vraiment chouette et je suis curieuse de voir comment sont jugés les produits.

      Répondre
  5. Lily

    Super. J’espère que beaucoup de gens liront ce post. Je me suis moi même déjà faite avoir pour l’achat de cosmétiques. Puis j’en ai eu marre, je me suis documentée à fond et je deviens petit à petit incollable sur la compo des cosmétiques. Plus question de me faire avoir de nouveau et de donner de l’argent pour des produits qui vont faire du mal à mon corps!

    Répondre
  6. lilla

    La pub et le marketing rendent complètement paranos (à raison d’ailleurs). Dans le genre, tiens : tu as remarqué que, souvent dans les petites supérettes, on débouche sur le rayon fruits et lègumes direct? L’idée, c’est qu’après avoir acheté des aliments ‘bons’ (je mets entre guillemets parce que les fruste et légumes du supermarché sont souvent gorgés d’eau et de sucres) pour notre corps, on a moins de scrupules à acheter chocolat et truc gras.
    Voilà, c’est compliqué parce qu’il y a une sorte de manipulation marketing partout, faudrait pouvoir penser à tout, tout le temps, chose impossible…
    Chouette note, sinon, qui a le mérite d’inciter les gens à se poser des questions… 🙂

    Répondre
  7. Eva

    Bon article, tu te poses les bonnes questions Nepsie ! 😀

    Mais attention, je lis tout et n’importe quoi dans les commentaires. Renseignez vous en profondeur lorsque vous citez des labels ou chartes.
    Pour ceux qui parlent de Bio notamment… (Genre quelqu’un a cité « Bio Cosmetic », mais le plus notable (sérieux et répandu en France) est COSMEBIO (charte et labels), l’autre je l’ai jamais vu…)

    Tous les pays hors UE ont des logos nationaux et privés, il vaut mieux se renseigner et se faire une liste de logos que l’on s’autorise si l’on veut vraiment n’acheter que du vrai Bio dans ce cas, car on s’y perd et on est dupé facilement.

    Déjà, il faut TOUJOURS pouvoir trouver le numéro d’agrément de l’organisme certificateur sur le produit. Sinon, c’est de l’intox.
    Il n’y a que 8 organismes certificateurs agréés en France : Ecocert, Agrocert, Certipaq, Bureau Véritas Certification, Certisud, Certis, Bureau Alpes Contrôles et Qualisud.

    Les chartes et labels Bio bien connu et qui imposent vraiment une certaine quantité de produit bio dans le produit final sont peu nombreux, mais on peut s’y fier :

    – Certification AB (Agriculture Biologique) [agriculture.gouv.fr/l-agriculture-biologique]
    Seul label Bio reconnu par l’État Français. La marque AB indiquent que les produits sont 100% bio ou contiennent au moins 95% de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés, si la part restante n’est pas disponible en bio et est expressément autorisée (produits exotiques, certaines épices…). AB garantit le mode de production biologique mettant en œuvre des pratiques agronomiques et d’élevage respectueuses des équilibres naturels, de l’environnement et du bien-être animal.
    Variante avec la Certification AB Europe (le logo c’est la feuille blanche sur fond vert comme sur celui du AB FR mais sans le texte). Mêmes critères, mais s’applique partout en Europe. Obligatoire sur les étiquetages des produits alimentaires préemballés dans l’Union européenne. Il est facultatif pour les produits importés.

    – ECOCERT Produit issu de l’Agriculture Biologique [ecocert.com] (France, Europe, Amérique du Nord, Japon).

    – ECOCERT Cosmetique BIO ou ECO [ecocert.com].
    Critères : absence d’OGM, parabens, phénoxyéthanol, nanoparticules, silicone, PEG, parfums et colorants de synthèse, ingrédients provenant d’animaux (sauf produits naturellement par eux : lait, miel…) + caractère biodégradable ou recyclable des emballages.
    Concernant le seuil minimum d’ingrédients naturels et issus de l’agriculture biologique à atteindre pour obtenir la certification, voici le détail sur leurs 2 Labels :
    – label Cosmétique biologique : 95% minimum des ingrédients végétaux de la formule doivent être issus de l’agriculture biologique et 10% minimum du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique.
    – label Cosmétique écologique : logo-cosmetique-ecologique-ecocert : 50% minimum des ingrédients végétaux de la formule doivent être issus de l’agriculture biologique et 5% minimum du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique.

    – COSMEBIO [cosmebio.org] charte et labels Français
    (« Cosmétiques BIO Charte Cosmebio » écrit sur l’étiquette), leurs critères de label :
    Au minimum : 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle + 95% des ingrédients végétaux sont issus de l’AB + 10% de l’ensemble des ingrédients sont issus de l’AB.
    Ils ont aussi un label ECO très bien aussi (on remplace Bio par Eco sur le label) :
    Au minimum : 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle + 50% des ingrédients végétaux sont issus de l’AB + 5% de l’ensemble des ingrédients sont issus de l’AB

    – BDIH (Label Allemand Cosmétiques Naturels Contrôlés) : ils ont une liste qui contient 690 composants sur les 20 000 répertoriés. Un seul ingrédient non autorisé exclut la certification du produit entier.

    Il y en a d’autres qui sont sérieux (faut les chercher et décortiquer leurs critères), mais pour beaucoup c’est un peu de l’intox, ils encouragent seulement à utiliser de la matière première bio dedans, sans regarder plus loin : donc il peut y avoir 0,005% de bio dans le produit final, ça compte pour obtenir le label donc ça ne veut rien dire, c’est du Greenwashing.

    Voilà un petit résumé qui finalement prend un pavé ! 😀

    Répondre
  8. Purple

    Super note de blog, bravo. Elle me parle en tous cas. J’ai été adhérente Greenpeace pendant pas mal de temps et ils dénoncent tout ça dans leur magasin. C’est comme ça que j’ai enlevé mon déo, mon savon et d’autres choses. De plus, pendant mes études, j’ai étudié le marketing, la pub, la vente, la communication. J’avoue avoir été écœurée (j’ai depuis changé d’orientation car mes études n’étaient pas en accord avec mon ethique). Mais ça me permet de ne pas me faire avoir. En fait tout ça me décourage plus qu’autre chose. Les mots « bio, nature, écologie… » sont devenus des mots marketing auxquels on ne peut plus se fier.

    Répondre
  9. Bv

    Incroyable… Je me renseigne un peu sur ce que j’utilise, mais c’est vrai que c’est tellement compliqué de manger-laver-consommer sain, qu’au final… ben je fais comme tout le monde. La seule différence, c’est que j’ai des remords en prime ><
    bref, merci pour cet article et d'avoir abordé le sujet, j'ai noté plein de précieuses adresses dans les commentaires ^^/ ♥

    Répondre
  10. Fanny

    Rah la la.. Tout ce qui nous entoure est bourré de saloperies malheureusement.
    Et à ma grande tristesse, je ne sais pas quoi faire pour m’en protéger. J’ai une peau relativement sensible. Toutes les crèmes « beauté, je peux pas en mettre, je fais des réactions. Pareil pour les gels douches. Là je suis sur Cien et il ne se passe rien, donc ça va. Mais de là à dire qu’il est nickel, je ne suis pas sûre ^^

    Répondre
  11. Poppya

    Je suis bien contente que tu aies abordé ce sujet qui m’interpelle aussi! (enfin c’est le cas pour beaucoup de sujets que tu abordes) Merci! Il y a de bonnes infos dans les commentaires, que je recherchais. J’espère aussi que ton lectorat est large et que tu transformes tes visiteurs/lecteurs en visiteurs avertis! 😉
    J’apprécie aussi le fond « papier recyclé » de ton blog qui, en plus du vert, donne un aspect très ecofriendly à ton blog. Et d’après ce que je lis, ce n’est pas du greenwashing! \o/

    Répondre
  12. Sarah

    C’est vraiment cool de voir qu’il y a plein de gens qui se posent ces questions… Parfois j’ai l’impression d’être seule, mais il suffit de chercher un peu mieux!
    Pour le déodorant, j’ai deux propositions, qui j’aime utiliser. Huile essentielle de palmarosa directement sur la peau. Ou bien bicarbonate de soude.
    Je ne sais pas si il existe des controverses sur ces produits, des dangers dans le fait de les mettre tous les jours sur la peau….
    Mais ça fonctionne bien et c’est 100% naturel 😉
    Et l’idee du sans déo reste intéressante…

    Répondre
  13. Low rain

    Très chouette cette note de blog, c’est hallucinant tout les efforts que l’on doit faire pour ne pas se faire empoisonner !!!
    Pour ma part, l’expérience qui m’a fait vraiment ouvrir les yeux c’est quand j’avais des problèmes d’acné. Depuis des années je me lavais quotidiennement le visage avec un produit Neutrogena jusqu’au jour où mon acné a été plus importante, et naïvement je me suis dit, bon ben je vais prendre des soins en pharmacie, Avène ça me parait bien, c’est plus cher mais l’image de la marque du genre « prend soin le la peu et soigne l’acné pour de vrai » à fait naître l’espoir de retrouver une peu lisse. Petite amélioration les premières semaines puis l’acné est revenue comme avant, aucun changement et des sous dépensés pour rien! Et un jour je me suis dit stop, j’arrête tout ça, ce sera savon fait maison et puis c’est tout. Eh bien résultat, des économie, de la place à coté du lavabo, et plus du tout d’acné. Ça a été une bonne leçon ! Ça peut paraître un peu incroyable comme ça mais faut pas avoir peur de se lancer!

    Répondre
  14. May

    Bon point sur le greenwashing, qui est une tactique que je n’approuve pas non plus. Par contre, ce qui me chagrine, c’est cette façon de dire que vous vous faites berner… Nous sommes tous des gens intelligents, dotés de neurones. Une entreprise est la pour gagner de l’argent, pas pour nous faire plaisir. En partant de ce postulat, il est important d’être critique dans notre consommation, de vous renseigner, de lire, de réfléchir. Personne ne nous met un couteau sous la gorge lors de l’achat, le marketing compte sur notre flemme et notre envie de facilité et de paillettes. Mais c’est trop facile de se dédouaner de ses actes constamment, de se dire que ce n’est jamais de notre faute, que l’on a été trompé. C’est facile de remettre toujours tout sur le dos de la pub, du marketing, de la société de consommation. Nous sommes consentants au final, ca nous va plutôt bien. Il est évident que si nous voulons du bio ou du local, il faut se tourner vers des organismes proposant ces produits, et non vers le carrefour le plus proche de chez nous. Il me semble que c’est trop facile de toujours se poser en victime, alors que nous sommes tous maîtres de notre consommation, si l’on prend 5 minutes pour y réfléchir.
    Par ailleurs, comme soulevé plus haut, certains labels sont tout à fait fiables, si l’on se renseigne un peu.

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Pourtant on se fait effectivement berner.
      Je ne vois pas de mal à le dire, non ?

      Ca n’empêche pas le consommateur de se poser des questions mais c’est un réflexe que l’on a pas toujours -malgré nos neurones- et les industriels en profitent.

      Répondre
  15. Marion

    Merci pour ce post et pour tous les conseils dans les commentaires. Je vais répéter ce qui a déjà été dit mais je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à me torturer le cerveau pour essayer à la fois d’agir pour l’environnement, me faire plaisir et ne pas m’intoxiquer…
    Pour rebondir sur ce que dit May, oui c’est à nous de réagir, d’être critique et d’être maître de notre communication mais ce n’est pas si simple. Je veux bien manger local mais ce n’est pas toujours facile d’en trouver près de chez soi sans compter le prix ! Et puis qui dit local ne dit pas forcément moins toxique pour nous. Enfin bref tout ça pour dire que ce n’est pas si simple tout simplement parce que notre monde d’aujourd’hui n’est plus comme avant et ne nous facilite pas la tâche… même si on est plein de bonnes volontés.

    Répondre
  16. Ferdinande

    2 questions que je me pose avant d’acheter et qui m’évitent de facilement « tomber dans le piège » (et m’épargnent au passage la lecture de la looongue liste d’ingrédients):

    1) Est-ce que j’en ai vraiment besoin? L’utilité du déodorant comme dit plus haut dans les commentaires, ou bien le mouvement « no-poo » qui remet en question l’utilité du shampoing (cf l’article à succès d’Antigone: http://antigonexxi.com/2013/10/23/le-jour-ou-jai-arrete-de-me-laver-les-cheveux/?wref=tp), etc.

    2) Est-ce que je peux le faire moi-même? Certes, ça prend un peu de temps (et encore… entre se garer, arpenter les rayons, faire la file à caisse, et rentrer chez soi, je ne suis pas sûre que ça prenne autant de temps que ça!), mais ça permet de savoir ce qu’il y dans ce qu’on mange/met sur notre peau/etc.

    Répondre
  17. Jess'

    Pas tout à fait sur le greenwahsing mais en partie. Ce site fait de la comparaison de produits selon des critères éthiques (politique RH, écologie, santé, rapport qualité/prix). Il n’est pas assez connu alors qu’il aide bien pour choisir quoi consommer. Ok pas dans un rayon de supermarché mais en regardant chez soi, il aide à éviter certaines marques et produits.
    Bref tu devrais aimer. 🙂

    http://www.noteo.info/

    Répondre
  18. Tweedy Tweedledoo

    Coucou, je viens de découvrir ce blog et je dois dire que je L’ADORE ! Une vision pertinente des sujets abordés, sujets qui d’ailleurs sont fort bien choisis. Bref, il brille autant par son intelligence que par sa légèreté. Je le recommande à TOUS !
    Sinon, en ce qui concerne le greewashing, j’ai fait un choix personnel : je fais mes propres cosmétiques. Et croyez-moi, c’est plus simple que cela en a l’air ! Je n’ai jamais été une très grand consommatrice de cosmétiques, alors je ne fais qu’une crème de jour (notamment l’hiver, je suis fragile ^^), un savon corps et visage et mon shampoing ! C’est tout. Parfois je m’autorise quelques extravagances (crèmes cocooning pour les soirées froides d’hiver, bougies parfumées, etc…) mais rien de bien folichon. Et pour le coup, plus besoin de décrypter les étiquettes, plus besoin d’avoir un dictionnaire INCI, je sais ce que je mets, je choisis même les produits que je veux, en fonction de mes besoins. Je peux élaborer des cosmétiques qui me correspondent vraiment, à l’inverse de cosmétiques vendus en supermarché qui sont prévus pour satisfaire au plus grand nombre (sauf que ma peau, elle, elle déteste le plus grand nombre visiblement, elle ne supporte presque plus rien..).
    Voilà, si des personnes sont intéressées sur ce sujet je peux apporter des références, et pourquoi pas inspirer Nepsie pour un prochain article ? :p

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *