Silence radio

Silenceradio1 Silenceradio2
Silenceradio3
Silenceradio4

Epilogue1 epilogue2 epilogue3

Vous jouez à Hearthstone sinon ?

(Et sinon pour l’aparté sur l’amitié fille / garçon, c’était ironique)

(Mais je me demande si au final ça ne joue pas sur nos propres relations, et qu’on a tendance à s’éloigner des personnes de l’autre sexe puisqu’on nous rabâche que c’est impossible. Hmm… Bref)

A très vite, j’espère !
Et si vous avez des idées de note, n’hésitez pas, parce que par moment j’ai pas l’opportunité d’y songer à mon aise 🙁

45 réflexions au sujet de « Silence radio »

  1. La licorne rousse

    Très juste cette note ! Puis c’est courageux de ta part d’en parler, parce que le fait de « ne pas avoir d’amis proches » c’est un peu tabou j’ai l’impression. Pendant une longue période de ma vie j’ai eu ce sentiment de « solitude », comme si je savais que si j’avais besoin d’aide, j’aurai eu personne à qui parler (bon à part ma famille et mon copain hein). Bon, aujourd’hui ça va beaucoup mieux (heureusement car personnellement, je le vivais assez mal) !
    [BREF J’ARRÊTE DE RACONTER MA VIE HEIN]

    J’en profite aussi pour te dire que je lis ton blog depuis très longtemps et que je crois que c’est mon premier commentaire ici (mieux vaut tard que jamais comme on dit) ! Mais que je n’ai aucune idée de note à te proposer ><

    En tout cas continue ce que tu fais ici, c'est top, je te suis même si ça se voit pas \o/ *bisou d'encouragement*

    Répondre
    1. Tesrathilde

      Je suis d’accord avec La Licorne rousse, il semblerait que le fait de ne pas avoir d’amis proches en permanence fasse de toi un « loser », eh pourtant ce n’est pas facile pour tout le monde d’avoir sa bande ou même un(e) meilleur(e) ami(e) à qui tu peux parler de tout, qui vit à deux pas de chez toi, etc. J’ai eu de la chance d’en avoir une, de bande d’amies, pendant deux ans, et puis pouf fin des études, tout le monde se barre, n’est pas forcément très mobile pour se revoir… Parfois on arrive à reprendre ou garder contact, parfois pas – j’avoue que maintenant j’essaie de lâcher un peu prise de ce côté, de ne pas trop m’y investir si il n’y a pas de réponse : après tout si j’ai fait mon bout de chemin et l’autre pas, je ne vais pas harceler, si ?
      A côté il y a des gens que je ne connais que par Internet que je considère comme de vrais amis parce que eux au moins je discute un max avec, que je les connaisse en vrai ou pas – je pense que pour nous les « sans-amis », les plus timides, les plus introvertis, cela reste une très belle invention et un moyen très pratique de peut-être se sentir un poil moins seul(e), même si cela ne remplace pas une après-midi avec une copine. En même temps j’y peux quoi, d’abord, si je n’ai tout simplement pas trouvé pour le moment au moins une demi-douzaine de personnes de la ville avec qui j’ai des atomes crochus ? 😉
      Je pense qu’on doit décomposer le problème : si on en souffre, c’est une chose ; si ce sont les autres qui nous font souffrir par comparaison malvenue, c’en est une autre.
      Pareil pour les amis du sexe opposé : franchement avec mes intérêts si j’évite les garçons je vais vraiment finir toute seule, ou surtout il y aura tout un pan de ma vie que je ne pourrais partager avec presque personne – en tous cas pour le moment mes copines proches ne jouent pas à des jeux vidéos, ni aux jeux de rôles, et c’était le cas même avant que je rencontre mon homme. Lui s’entend également bien avec un certain nombre de filles, c’est comme ça. Je me sens un peu triste pour toi si vraiment tu as plein de gens qui te disent que c’est impossible, ma famille en tous cas m’a toujours répété le contraire, que c’était chouette d’aller à la rencontre de gens différents, peu importe ce qui les différenciaient de moi.

      Répondre
      1. Nepsie Auteur de l’article

        Ah, oui, c’est pour ça que j’aime bien aussi internet 😉 Et puis même pour les gens qui n’ont pas l’occasion ou le savoir faire (ou la patience, l’envie) d’aller plus loin ça reste agréable de discuter.
        Pour l’amitié homme / femme je plaisantais, ça n’empêche rien, évidemment. Mais c’est vrai que la société a tendance à répéter que c’est impossible, les groupes d’amis dans les séries ne sont pas franchement équilibrés non plus par exemple. On a toujours une romance qui traine.

        Répondre
    2. Nepsie Auteur de l’article

      Hu ! Merci Licorne rousse ! (J’ai pas d’amis mais j’ai une licorne rousse qui vient commenter mon blog, c’est quand même mieux :D).
      C’est vrai que c’est parfois un peu honteux, j’ai pu ressentir ça quand j’étais en contact avec des gens qui sont pas mal entourés d’amis proches au quotidien mais finalement c’est passé. Après tout la vie fait qu’on rencontre certaines personnes, ça ne dépend pas que de nous et c’est bête de rougir du hasard 🙂

      Répondre
  2. Gaëlle Hic

    Nepsie, une amie qui vous veut du bien…
    😉 je blague…bien sûr.
    Un grand BRAVO et MERCI pour votre ton, aussi incisif que lucide…

    Répondre
      1. Nepsie Auteur de l’article

        Ahah ! Je me souviens avoir vu ce film mais je n’ai aucun souvenir de ce qu’il s’y passe. Enfin, si, mais c’était plutôt assez bizarre 😀 J’espère que je ne suis pas cette amie là alors 😉

        Répondre
  3. La Mouette

    Moi j’ai toujours eu l’impression que la vie et les relations étaient sous forme de cycle. Dans mon cas, je n’ai pas trop de problèmes pour avoir des amis, par contre j’ai toujours eu ce souci de tous les garder au même niveau. Par exemple, à une période je serai beaucoup avec certains amis, je les verrai tout le temps, je leur parlerai tout le temps, puis ensuite j’en rencontre des nouveaux et je me préoccupe plus d’eux que « des anciens ». J’imagine que c’est un peu la même chose pour tout le monde parce qu’on ne peut pas accorder autant d’importance à tout le monde tout le temps, parce que c’est aussi en fonction de « nos besoins », notre vie quotidienne en général, mais n’empêche des fois je me dis « mince, est-ce que je ne suis pas en train d’oublier mes « vrais amis » au profit de nouvelles connaissances ? ».
    Mais essaye de faire ce premier pas, au moins vers une personne que tu pouvais vraiment apprécier, je crois que même si c’est fait timidement, ce sera toujours apprécié si c’est bien fait 🙂

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Ah, oui ! C’est vrai que ça a pu m’arriver ce cycle, quand j’étais plus jeune.
      Mais je trouve que pour arriver à ce stade là il faut malgré tout connaitre des gens depuis un petit bout de temps. Personnellement je n’ai pas arrêté de bouger alors ça entrave un peu les amitié naissantes en général.

      Répondre
      1. La Mouette

        J’ai bougé un peu aussi mais quand je vois des ancien(ne)s ami(e)s qui gardent contact depuis le lycée par exemple (ou pire, le collège !) ou même les premières années d’études, ça m’épate. Je peux pas, ça m’embête la distance, et puis on évolue tous au bout d’un moment, on finit par changer et ne plus avoir vraiment les mêmes vies, et puis moi ça m’embête des fois j’ai la flemme de garder contact quand je suis pas tant attachée que ça à des personnes.
        Mais internet pour ça c’est chouette ! On a tous fait au moins une rencontre sur internet, qu’on se soit déjà vu ou non, qui marque, ça aussi ce sont des vraies amitiés, c’est presque fini l’époque ou on disait que les amis sur internet ça n’existait pas, que c’était forcément des mecs de 53 ans avec du bide à bière, des poils partout et des idées malsaines plein la tête 🙂

        Répondre
  4. Uriel Pixocode

    En tant que personne introvertie je compati ^^, surtout pour ma part la famille c’est le même problème :/
    Mais je me dit qu’il vaux mieux avoir peu d’ami (même si c’est 1 ou 2), mais de bon amis, que beaucoup d’amis…
    Enfin bon pour ma part je le vis bien ^^…

    Le seul hic, c’est que cette incapacité d’aller vers les autres n’aides vraiment pas quand tu veux te lancer dans entrepreneuriat, lancer son projet de création d’entreprise, le soirée networking, tout ça tout ça… :/

    En tout cas, c’est loin d’être un fait isolé, bon courage, et ça fait toujours aussi plaisir de lire ton blog 🙂

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Ah, oui, c’est clair 😉
      C’est pas un exercice facile ces soirées de rencontres. J’ai arrêté d’en faire perso mais j’ai surtout eu la chance de ne pas y aller seule. Ca enlève une sacrée pression qu’on pourrait se mettre sur les épaules 😉
      Mais maintenant ça va mieux. Je suis sûre qu’avec l’expérience et les années ça le fera aussi. Bon courage !

      Et merci pour ton message 🙂

      Répondre
  5. Aka

    Nous, on a fait des enfants pour avoir toujours des gens sous la main, mais c’est seulement après qu’on a réalisé que ces trucs-là NE BOIVENT PAS DE BIÈRE.

    Répondre
  6. Gwen

    Je pense qu’il n’y a pas de règles en amitié. Je vois souvent « mieux vaut avoir peu d’amis mais de bons que beaucoup d’amis » (je sais plus trop la formule exacte). Je pense que chacun a besoin de choses différentes.

    Personnellement, j’ai un groupe d’amis (aussi bien filles que garçons d’ailleurs). On s’est rencontré au lycée et maintenant on est tous dans des études différentes. On essaye de se voir dès qu’on peut et même quand ça fait longtemps qu’on s’est pas vu et bien, on est l’impression de ne s’être jamais quitté. Alors on est un peu nombreux mais tous très proches. On peut vraiment tout se dire et on ne se juge pas entre nous (là c’est le moment cliché et discours sur l’amitié 😀 /BAM/).

    Avant (collège entre autre), je n’avais que « maximum » 3 amies (oui des filles l) proches. Et à chaque fois ça s’est mal fini (après c’est le collège quoi…pas la période la plus géniale au monde).

    Donc, moi c’est mon groupe d’amis qui me correspond le plus.

    Répondre
  7. CrankyJu

    Han tu aurais pu me dire que tu t’inspirais de ma vie pour écrire une note 😮 Je sais depuis un moment que je suis l’amie qui ne prends pas de nouvelles parce que j’en ai par facebook. En ce moment j’ai même un cas de conscience à ce sujet. Car j’ai repris des contacts, j’ai revu mes amies que j’estime tant, mais je me dis que c’est trop tard car les liens ne doivent plus pouvoir se refaire. Bref, tu n’es pas seule!

    Répondre
  8. chadik

    story of my life !!! (avec la famille et le copain en moins xD)
    le problème c’est lorsqu’on a déjà effectué plusieurs « opération de sauvetage d’amitié » (bien moins mignonne que le petit montage mais quand même :D) et qu’avec le recul on se rend compte qu’elles ont toute fini par foirer au fil des semaines ou des mois…
    le problème aussi c’est lorsque qu’on se dit « j’ai peu d’amis mais j’ai quelques vrais amis alors ça va » et qu’au fil des ans plusieurs d’entre eux finissent par vous laisser tomber définitivement..
    je crois que je suis pile à l’étape qu’il y aurait après cette note une fois les opérations de sauvetage échouées : lorsqu’on que l’on fini par autodétruire les amitiés naissantes car on est persuadé que 99% d’entre elles sont vouées à l’échec, alors autant s’épargner de la souffrance.

    Répondre
  9. Tefyline

    Dans mon cas, c’est la distance qui fait perdre les amitiés, car c’est tellement plus facile de discuter en face que par internet ou téléphone (pour moi du moins).
    Après le plus dur de s’en faire de nouveaux – qd on est réservé au premier abord les occasions sont assez rares.
    Et sinon je joue à Heartstone aussi 😀

    Je connais ton blog depuis peu mais j’aime bcp les thèmes que tu abordes. Très juste et humoristiques 😉

    Répondre
  10. Tagada

    ZE secret, le vrai, c’est de ne pas avoir de compte Facebook (ça créer des fausses relations, t’as l’impression d’être en contact mais tu n’échange rien de vrai et d’intime) … Et surtout de pas avoir cette fausse peur de ne pas oser se créer des occasions :

    Perso, je suis une vraie sauvage, je ne téléphone jamais pour ne rien dire par exemple (et juste prendre des news comme ça, pour moi, c’est rien n’avoir à dire… (et oui!))
    Mes amis datent de mon secondaire, c’est à dire il y a 10 ans environ, ils n’habitent pas forcément dans le coin et je ne les appelle pas forcément mais de temps en temps, ben, je me crée des occasions : je propose des bouffes, restau, des jeux de sociétés, des soirées et … ça marche !!
    (En plus pas de compte Facebook, c’est la bonne excuse pour reprendre contact 😉 )

    La devise a avoir est : FAUT OSER JOSE !! Ya rien à perdre, tout à gagner ! Quand on ne tente rien, on n’a rien… et puis qu’est ce que tu as a perdre si personne n’est dispo le jour ou tu propose qq chose? Ben rien, parce que si tu n’avais rien proposer ce jour la, bah dans tous les cas, tu n’aurais rien fait. Alors que si les gens sont dispo, même un, ben BINGO !!

    Les liens ça se créer, ça va ça vient, en fonction du temps, faut arrêter de ce dire que parce que ça fait 2 ans que t’as pas vu quelqu’un, les liens sont rompus ….

    Parole de trentenaire sauvageonne !!

    Répondre
    1. Vinto

      Je trouve ton commentaire très judicieux. Je suis aussi une trentenaire sauvageonne et mes 2 meilleurs potes, je les trimbale depuis 10 ans ! Le quotidien, le travail, la distance fait qu’on se voit peu, mais quand on se voit, on se voit bien ^^. Du coup, on a toujours plein de truc à se raconter.
      Et ce soir même, je retrouve une amie de collège, pas vu depuis presque 15 ans. On s’est retrouvée sur Facebook, et on a sauté le pas de se contacter. Résultat, elle habite à 10 bornes de chez moi. Ce serait bête de se priver de se voir. Et advienne que pourra.
      Il y a des gens qui crée des liens très facilement (les veinards, je suis jalouse !!) et d’autre pour qui c’est plus dur. Mais je crois qu’il ne faut pas avoir peur d’aller vers les autres et de leur dire que ça nous fait plaisir de les voir ou de leur parler au tel ou sur Internet (chacun a sa manière de voir le monde).
      Le plus grand facteur d’isolement, c’est d’avoir peur de « géner » les autres, ou d’avoir peur qu’ils nous prennent pour des fous. Mais si c’est le cas, il faut juste se dire qu’ils ne valent pas le coup et passer à autre chose. Les fous, ce sont ceux qui n’osent rien (mais je sais que ce n’ai pas toujours facile. Parole d’une grande timide !!!)

      Répondre
  11. Fanny

    C’est pas faux.
    J’ai de nombreuses « amis » Fessebouc qui, auparavant, étaient mes meilleur(e)s ami(e)s lorsque j’habitais encore à Castelnau. Ils m’ont demandé en amis, on a avec certains doucement bavardé mais rien de plus. J’avouerais que j’ai peur également que rien ne soit comme avant, parce que justement, ce n’est plus comme avant. On a tous pris des chemins différents. Et je le remarque d’autant plus en faisant ma voyeuse de temps en temps sur mon accueil. Je ne suis pas très sociable de base, j’ai peu des amis, mais que je chéris et avec qui je sais que je peux être moi-même, donc un peu bizarre.

    En revanche, j’ai davantage d’amis du sexe opposé que l’inverse. J’ai MA meilleure amie bien entendu que je connais depuis 15ans, quelques copines, mais sinon, notre petite bande est presque exclusivement des garçons. En même temps, je me comportais comme eux quand j’étais plus jeune, et je ne suis pas non plus franchement féminine, mais je fais des efforts hein ! Puis, avec la plupart d’entre eux, je peux parler Jeux vidéos, de bons, tout ça. On se connaît depuis un petit moment, certains depuis 15ans, dont ma meilleure amie et un autre poto, puis ensuite d’autres moins longtemps, genre depuis 7ans, on fait tous des trucs différents, certains loin, mais dès qu’on peut, on s’organise des petites soirées JDR.

    Du coup au final, je me sens mieux avec mon cercle restreint d’amis qu’avec 738 amis Fessebouc.
    Donc franchement, qu’est-ce qu’on s’en tape de la quantité, c’est la qualité de leur amitié qui compte !

    Répondre
  12. Widemore2460

    Nous vivons dans un monde qui rend difficile les relations amicales, mais aussi amoureuses, familiales, etc. En mettant l’accent sur l’économique dans nos choix de vie (lieu de travail, rythme de vie, études, etc.), nous mettons de côté les autres dimension de l’existence. Puisque les moments et les lieux qui faisaient jadis exister les amitiés, les amours, les familles, etc. se raréfient, les relations disparaissent peu à peu. Je ne compte plus les amitiés perdues suite à un déménagement, nouveau travail, etc.
    Difficile de trouver un équilibre.
    Du coup, le jeu online peut être un moyen de faire d’une pierre deux coups : à la fois de se détendre après une journée stressante, et de passer un moment avec des potes. Oui je joue aussi à Hearthstone. Battletag en pseudo.
    Bye

    Répondre
  13. Copernick

    Hello Nepsie,
    Ta note m’a touché.
    Je réagis très rarement sur les blog bds mais la j’avais envie de « répondre » (même si la note ne m’était pas adressé à moi personnellement mais on va faire comme si ^^ )
    J’ai pas l’habitude de parler de moi, encore moins en commentaire, alors désolé d’avance si ca fait un peu trop « moi moi moi » ou si c’est un peu décousu.
    Pour situer le contexte j’ai 36 ans, suis Webmaster, je suis marié et j’ai 2 enfants, (ca fait un peu étiquette, je suis loin d’etre « ca », surtout quand on me voit en « vrai » ou j’ai plutot l’air d’avoir 22/24 ans dans
    le physique et parfois l’attitude et ou on me regarde avec des gros yeux quand je dis mon age et que j’ai des enfants… et non non je ne suis pas un geek, ni dans la tête ni dans le physique :p)

    Je suis assez réservé surtout en situation inconnu, il me faut pas mal de temps pour me sentir à l’aise, mais une fois à l’aise, je suis un gros moulin à parole, à dire et faire moultes bêtises (et suis apparement apprécié quand on me connait).
    J’ai souvent eu UN seul très bon ami, mais mis à part le lycée (oublions l’age ingrat du college) ou on était plusieurs à se voir parfois en dehors des cours…une fois le lycée terminé, les déménagemnts, le boulot, les changements dans la vie,
    on perd de vue nos amis ou connaissances et non je n’ai pas la bande de pote pour déambuler les rues bras-dessus, bras – dessous.
    J’ai très souvent changé de boulot et j’ai fréquemment enchainé les postes d’un an maximum, souvent dans des petites structures avec 1 ou 2 salarié, et redemenagement derrière, à peine de quoi nouer des liens.
    J’ai ensuite rencontré ma femme qui était dans la même situation que moi, après le lycée ou la fac, plus de groupes d’amies ou elle avait deja du mal à se faire une petite place.

    Mais pour autant je me suis rarement senti seul ou triste (comme tu le disais en début de ton post), j’aime être dans mon cocon, on sort assez peu, on a fondé notre petite famille en étant plutôt entre nous et on se sent bien comme ca.

    Effectivement en regardant les séries, ou en voyant certaines personnes dans notre entourage qui sortent souvent, ou se retrouvent souvent entre ami (à la Friends, How i met your mother etc) on se dit parfois que ca doit être bien cool ce genre d’ambiance.
    Ca a tendance je trouve (surtout pour les séries) à nous faire nous sentir pas dans la norme du genre : « Hey, t’as pas toi aussi ta bande de potes pour partir en virer tous les soirs ? T’es un looser ! »
    C’est peut etre l’ego qui en prend un coup, pourquoi j’ai pas « des tas d’amis ? je suis pas interessant ? C’est normal ? Pas normal ? »

    Fut un temps, j’avais Facebook, mais assez vite, j’ai tout coupé, il y avait un peu la famille dessus, les amis qu’on avait au college et pas revu depuis heuuuu merde deja 24 ans ? Après avoir fait le tour par tchat interposé sur la vie qu’on a parcouru les uns les autres, finalement on avait plus grand chose à se dire.
    C’est un choix pour moi d’avoir coupé FacedeBouc mais j’ai trouvé qu’au final c’était beaucoup trop artificiel et ca m’est vite devenu allergisant comme moyen de communication.

    J’ai une assez grande famille avec laquelle on avait tous beaucoup de contact en étant enfants et jeunes, (des oncles, tantes, grand parents, cousin du même age) mais avec les années, les décès,
    les familles qui se font, se défont, les naissances, chacun vie sa vie plus dans son propre petit monde et on se retrouve beaucoup beaucoup moins souvent.

    La seule fois ou j’ai essayé de reprendre contact via fesseBouc avec mes anciens amis de l’ecole/primaire et collège, j’ai appris que mon meilleur ami de l’époque et pendant plusieurs années était décédé à la suite d’un accident de moto quelques mois auparavant..
    C’est la que ca met le plus les boules, peut etre que si je m’etais bougé les fesses un peu plus tot et de façon un peu plus intensive, j’aurais pu lui parler, ou même aller à son enterrement.
    Il m’a fallu beaucoup de temps et de courage ensuite pour oser écrire à sa mère et me rappeler avec ellle des souvenirs d’enfances que j’avais eu avec son fils.
    Je pensais pourtant beaucoup à plusieurs d’entre eux et à lui en particulier en repensant à mon enfance en me demandant comment ils allaient… mais manque de courage, peur de pas savoir quoi dire etc…

    Bref tout ca pour dire qu’il faut parfois se le mettre le fameux coup de pied au derrière si l’on veut avoir des nouvelles de ceux à qui l’on pense et même si c’est parfois toujours dans le même sens, il faut essayer au maximum si l’on ne veut pas avoir des regrets ensuite !

    Voila pour le « moi moi moi » bon courage pour la suite Nepsie !

    Répondre
  14. tigerheart

    C’est bien vu comme note, je suis un peu dans le même cas. Faut dire qu’avec les études j’ai quand même déménagé aux quatre coins de la France, et que lorsque j’ai eu l’occasion de revenir a la rochelle, les quelque gens qui était encore la pour m’accueillir avait de nouveaux potes, nouveaux délires, et autres qui font ressentir une certaines distance… Mais c’est ce qui est cool avec internet, c’est qu’on peut encore suivre les gens, et leur boulot et éventuellement les attraper au vol quand ils passent dans le coin… Finalement si un jour je passe sur tour, tu peut être sure que tu auras une propositions pour aller boire une bière. En attendant je prend des nouvelles pendant les 24 h de la bd^^. Bref, en tout cas bonne continuation, et j’espere que si un jour tu passe dans un coin ou j’habite j’aurais aussi une invit’ pour aller boire un pot.

    Répondre
  15. Squir-elle

    Hey ! moi aussi j’aime bien jouer à hearstone malheureusement je m’occupe trop de ma recherche de contrat CDD ou CDI d’infographiste ou de mon ménage ! Sniffffffffff ! (même mon blog et à l’arrêt total)

    En tout cas ton article ma parlé puisque maintenant moi aussi je me retrouve dans le même situation.
    Pourtant je n’ai jamais eu beaucoup d’amis mais c’étaient de très bon amis malheureusement j’ai eu des malheurs dans ma vie et je m’en suis éloigné! :'(
    Bon moi comparé à toi j’ai essayé de les contacter depuis même si j’ai moi aussi déménager entre temps. Donc on a fait une sortie ça a marché mais après plus de nouvelle. Et ce qui m’attriste c’est que c’est toujours moi qui doit téléphoner ou prendre des nouvelles donc je baisse les bras me disant qu’ils en ont trouvé d’autre amis.

    Plus-tard jsuis aller dans un atelier BD où j’ai rencontrer beaucoup de gens et je me suis fait un ami mec qui est trés sympas. Donc je garde un ptit peu d’optimisme en me disant que c’est juste un long passage et si je me bouge le c… je ferais des rencontres sympas et qui peu être aboutirons à une amitié.

    Donc courage et continue comme ça car ton blog est GÉNIAL !!!!

    Répondre
    1. Tagada

      Si tes amis sont comme moi, a ne jamais appeler si ya « rien de nouveau », ce n’est pas pour autant qu’ils t’ont oublié !!

      Mes amis qui habitent loin, je ne les vois que quand soit je dois aller vers chez eux, soit lorsque eux doivent venir vers chez moi. Mais ce n’est pas pour autant qu’on s’oublie ou qu’on a trouver d’autres amis. Tant bien même si c’est le cas (qu’on ai trouvé d’autres amis) on oublie pas les anciens !!

      Répondre
  16. Aline - Inspiré et Créé

    Les amitiés que l’on voit dans les séries comme Friends (l’une de mes séries favorites), c’est un peu le rêve!
    En tant qu’introvertie, je n’ai pas beaucoup d’amis moi non plus, je ne les vois pas souvent, heureusement qu’il y a des amis que l’on connaît par Internet, dommage que certaines n’habitent pas dans la même ville que nous mais bon, ça ne m’empêche pas de les considérer comme des vrais amis qui sont là quand j’en ai besoin et je crois que c’est ce qui compte au final.
    Sinon, comme l’a dit un certain commentateur, j’ai des cycles d’amitiés, moi aussi, il y en a qui viennent et qi partent en étant restés plus ou moins longtemps…
    Je trouve cela dommage pour toi, tu as l’air d’être une fille géniale!
    (étonnant aussi que tu parles peu vu tout ce que tu écris xD)

    Répondre
  17. Lumiciole

    Je suis beaucoup moins frileuse à retourner vers les gens depuis quelques temps. Je me dis que si on est chacun de notre côté à se dire qu’on aimerait bien se reparler mais qu’on n’ose pas, on n’est pas sorti. Alors je fais le pas, je me lance et si on ne me répond pas tant pis, j’aurais essayé. Souvent les gens me remercient d’avoir pris cette initiative, ils sont contents que je fasse l’effort pour eux.

    Je ne sais pas toujours quoi leur raconter, mais je dis quelque chose, je donne des petites nouvelles, je leur en demande.

    Je n’ai pas encore assez travaillé le sujet pour dire si ça marche sur le long terme mais je suis déjà contente d’avoir pu discuter un peu avec des gens que j’ai apprécié et avec qui je pensais ne jamais reparler.

    Je rêve de réussir un jour à débarquer par mail sur un forum ou un blog et de dire : « salut, je t’apprécie beaucoup et je pense qu’on pourrait vraiment s’entendre. Discutons ensemble ! » Tu veux discuter avec moi Nepsie ? 😀

    Niveau suivant, je fais une fiche de personnalité et je la distribue aux gens que je croise IRL ou sur internet et avec qui j’ai l’intuition que ça va bien se passer. Ce serait quand même pratique et ce serait en quelque sorte l’évolution de la demande d’amis sur les réseaux sociaux.
    « Eh salut, échangeons nos fiches pour voir si nous pourrions devenir ami-e-s. 🙂 Oh, je vois que tu joues à Fire emblem et que tu suis un blog de sociologie, c’est intéressant. Prenons le thé la semaine prochaine et revoyons-nous si le verdict est bon. »

    (Je joue à Hearthstone aussi, mais moins maintenant parce que je me suis tuée à récupérer toutes les pièces nécessaires aux ailes de Naxxramas. Et que j’ai pas de chance avec les paquets de cartes. J’ai eu deux légendaires et c’était deux fois la même !)

    Répondre
  18. Pich

    Super note qui me parle beaucoup ! Et qui réussit en plus à ne pas verser dans le « bouuh facebook nous éloiiigne on se contente de liker et on ne se parle plus IRL, mais où va le mooonde », sans pour autant nier que c’est moyennement satisfaisant d’un point de vue chaleur humaine.
    Je regrette souvent la bande de potes que j’avais pendant les études, mais j’ai un mal fou à garder le contact. Par contre j’ai retrouvé 2-3 personnes en utilisant la technique de l’honneté « hey je t’aimais bien toi, on s’est pas vu depuis longtemps mais je ne suis pas une psychopathe, ça te dit de boire un café pour discuter? », et c’est toujours très bien passé !

    Répondre
  19. Daisy

    J’ai 30 ans, un amoureux, une vie sociale limitée.

    Et les mêmes amies depuis 10 ans (non, les mecs ne sont pas exclus, c’est juste que….c’est la vie! Et puis nos amoureux sont là aussi!)

    Et pourtant, je les vois pas aussi souvent que je le voudrais. On s’est toutes rencontrées dans le lycée ou on faisait notre BTS, et la vie a fait qu’on a toutes pris notre chemin (Je vis à 500km de deux d’entre elles, 800km d’une autre, et la dernière vit à 60km de chez moi mais la logistique, les finances….bref!).

    On communique extrêmement souvent entre nous, nous avons un groupe secret sur fb ou on se raconte tout, et on essaie de se voir le plus souvent possible. Mais c’est très difficile de parvenir à se voir vraiment toutes ensembles. L’une travaille, l’autre va pas tarder à accoucher, etc etc….

    Un jeune homme d’une petite vingtaine d’années a osé me dire que les amitiés longue distance n’avait aucune valeur, que si on se voyait pas tout le temps, ça n’était pas de l’amitié. V’la ses amitiés…..des beuveries le Samedi soir, les potes toujours là pour se marrer mais soudainement occupés quand il a un coup de moins bien. Je me dis que quand il sera vraiment devenu adulte, il reconsidérera l’amitié d’une autre manière…

    J’ai peu de vie sociale mais je m’en fiche. Vraiment. Parfois ça me pèse et puis au final c’est pas bien grave. Je me laisse aller au gré des rencontres. Mais mes amies, malgré le temps qui passe, les délires qui ne sont plus les mêmes, elles sont toujours là, et j’espère qu’elles le resteront longtemps. Et qu’importe qu’on ne puisse jamais se retrouver dans un bar un soir de semaine….

    Répondre
  20. 4non1m3

    Je ne parlerai pas de la « note », très bien écrite du reste !

    Mais des fois, après un accident dans mon cas, on fait ce « premier nouveau geste » et…
    (bah rien ne se passe!)

    Donc aujourd’hui les gens qui sont partis ou partent (il y en a toujours et c’est comme ça : nouvelle petite copine, enfant, changement d’activité hors travail…) je m’en préoccupe moins. J’essaie de profiter des nouveaux !

    Répondre
  21. Patrick Bateman

    Whou, je suis pas du genre à laisser de commentaire mais là… C’est tellement rassurant de voir quelqu’un pêté la bulle, mettre les pieds dans le plats, relevé publiquement un tabou. Car oui, avoir très peu d’amis est un tabou aujourd’hui. Comme tu l’as dis la télévision, les séries, le cinéma, tous vendent ce principe comme quoi l’épanouissement ultime, le cool le plus cool, c’est d’avoir une dizaine d’amis, faire des soirées mémorables et 200 potes sur Facebook. Car sinon on est considéré comme frustré, glauque, ou malheureux.

    Sauf que tout le monde ne rentre pas dans le moule. Qu’on soit introverti, timide, reservé voire même extrasensible ou très très maladroit quand il s’agit de communiquer avec autrui. Pourtant c’est pas l’envie qui manque.. Et la pression est tellement énoooooorme.

    Parfois on s’en fou de pas avoir une tripotée de potes. Et puis parfois on voit a quel point ça apporte, on voit les autres, leurs liens, leurs soirées, et ça fou un coup.

    Bref, je m’étale, mais tout ça pour dire bravo pour ton illu (et désolé pour les fautes !).

    Répondre
  22. Séraphine

    Merci Nepsie pour cette BD!
    Ta BD reflète ma vie actuelle, je me suis réorientée 2 fois, des amies ont déménagés et maintenant j’en suis là. Je veux revoir des gens mais c’est difficile de faire ce grand pas.
    Je l’ai fait il n’y a pas longtemps avec une amie de longue date, je ne l’avais pas vue depuis 12 ans. En sachant que nous avons 23 ans maintenant la revoir était très stressant.
    Mais en fait tout s’est très bien passé. Nous allons nous revoir évidemment. La complicité était la même qu’il y a 12 ans même si nous n’avions pas discutés ensembles depuis des années. On a parlés de tout, des sujets que je n’aurais jamais osée aborder avec une amie. Mais c’est ma MEILLEURE amie.
    J’ai du mal à me faire des amies, je ne suis pas timide mais j’ai du mal à aller vers les gens.
    J’essaye donc de reprendre contact avec d’anciens amis mais c’est dur. Parfois il faut admettre aussi qu’on a plus rien en commun. C’est une réalité. Mais quand le courant passe encore, ça vaut le coup!

    Répondre
  23. yulia

    Salut Nepsi !
    On en prend bonne note !
    Bref c’est marrant, je parlais de cela à ma psy il y a quelques mois comme quoi Facebook, c’est vraiment illusoire, mais quand même un bon moyen de communiquer et rester en contact. Et que parmi  » nos amis » il y a des gens qui sont seuls ou qui se sentent seules  » ( comme moi ) qui se démarquent par les statuts ( recherches créatives ou originales bref recherches… ça dépend :)) qui ont des petits likes et qui parle de temps en temps avec une amie ou/ un ami sur facebook qui se trouve à l’étranger mais ce n’est pas la grosse marrade non plus parfois des mois ou je peux avoir un mur glacial mais je me soigne j’ai moins froid je tente des trucs virtuellement et ma foi ça passe bien ! j’ai gardé une amie de collège on se voit de en temps quand elle n’est pas parti à l’étranger et j’ai par ailleurs un autre ami plus âgé que moi et disons des collègues et je me suis toujours trouvé timide, sauvageonne et parfois trop dans mon monde alors les réunions pour création d’entreprise etc très dur stress mêlé à tous ça le cocktail explosif parfois mais ça va mieux : )
    bref enfaîte ce que je voulais dire c’est arrêtons de nous cataloguer et je trouve ça bien d’en parler et même dans les commentaires de chacun je me retrouve et des choses dites sont réalistes et certaines tellement positives. Alors bravo à toi ta bd est bien retranscrite 🙂
    PS : je ne poste jamais de commentaires sur des blogs ( mais ça m’a interpellé) et puis je tente des trucs, dsl pour le roman of my life.
    Continue comme ça.
    0+

    Répondre
  24. MISS MM

    Bonjour
    J’ai découvert votre blog il y a peu de temps et j’adore : les personnages, le graphisme et les sujets abordés avec humour. ça fait à la fois rire et réfléchir. Et ça c’est bien 🙂 D’ailleurs, les commentaires qui suivent vos billets sont souvent aussi intéressants et même parfois émouvants quand les gens livrent un peu d’eux-même comme sur ce sujet sur l’amitié par exemple. D’ailleurs le nom « le blog d’une gentille », ne pouvait que me plaire à l’heure où la gentillesse est raillée, alors qu’à moi elle me semble si importante. Donc, je reviendrai vous lire avec plaisir. Bonne continuation.

    Répondre
  25. Azle

    J’ai aussi des amis de qui je me suis éloignée. A vrai c’était tout une bande à laquelle je faisais partie, mais j’ai du les quitter, alors qu’eux sont restés ensemble. J’ai souvent tenté de reprendre contact avec eux, de leur proposer des sorties, de venir les voir, mais comme ils sont restés entre eux, ils ne sont pas en manque (ce qui est mon cas). Donc ils m’ont quasiment oubliée, quand je vais les voir cela ne leur fait ni chaud ni froid.

    Répondre
  26. Read My Lips ...

    Je crois que ce dont tu parles ici rend effectivement compte d’un « mal » de notre génération. Pour ma part, j’ai « osé » reprendre contact avec d’anciens très bons amis du lycée, et hors mis le côté « l’an prochain ça fera 10 ans qu’on a eu le bac, tu te rends compte ! Haaan ! », et le coup de vieux associé à ce constat, et bien en fait on ne change pas forcément tant que ça, et les liens sont toujours là, suffit juste de les dépoussiérer un peu ! ^^
    Alors peut-être suis-je privilégiée car je lis dans les commentaires que certains ont rencontré des déceptions en essayant de reprendre contact … mais au moins je me dit qu’il y a un petit espoir, pourvu qu’on ose.

    Répondre
  27. Gé'

    mais mais mais… MERCI ! youpidouda je me sens moins seule maintenant (mais toujours sans ami mouarf)
    Comme la dit La licorne Rousse c’est un peu tabou ce sujet et on passe vite pour un looser… ben tant pis ! je retourne jouer a Heartstone… ah ouai nan merde je sais toujours pas y jouer… lose… ^^

    Répondre
  28. gasgaff

    Bien le bajour,

    Je viens de découvrir ton blog et il est très bon :). Ton article m’a fait rappelé mon enfance et mon adolescence et une partie de ma vie ou je me suis retrouvé sans ami. Mon problème était que j’avais peut d’aller vers les autres et j’ai donc laisser les amis s’en aller. Comme je suis un passionné d’Histoire et de livres, je m’étais réfugié dedans parce que cela me faisait passer à un autre monde. Puis un jour, la solitude est devenue plus forte et j’avais une soif d’affection et j’ai commencé à faire des rencontres mais avec ma timidité et mon côté gaffeur ça s’est souvent mal fini. A part certaines rencontres ou les personnes sont passées au dessus de tout ça .

    Ceux qui restent à tes côtés, il faut les choyer et ne pas les laisser partir parce que ceux là valent souvent de l’or et je me mets des coups de pied au cul pour cultiver et arroser ces fleurs que sont mes ami’e)s

    Répondre
  29. Timmy

    Je fais partie des sans amis, et je le vis assez bien. J’ai toujours été une solitaire, j’avais 2-3 amies en moyenne pendant ma scolarité mais avec le temps, les soucis des uns et des autres (quand tu es malade, le tri se fait vite fait) mis à part un ou deux sms par an manière de voir si il y a encore de la vie, il y a plus personne.
    Certains parlent de timidité mais personnellement, je n’arrive pas à trouver les gens intéressants (ou alors c’est très rare) et du coup, ça ne me donne pas envie de m’investir.
    Heureusement, il y a mon chéri (et ses amis) et les réseaux sociaux qui me permettent de garder un minimum de vie sociale (on dénigre souvent les  »amitiés virtuelles » mais grâce à des forums et facebook, j’ai eu la chance de faire de bonnes rencontres et j’en ai même rencontré IRL).

    Répondre

Répondre à MISS MM Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *