A contre-emploi (2/2)

Pour ceux qui n’étaient pas là la dernière fois, en spoiler se trouve la partie 1 de la note. Bonne lecture 😉

Contremploi1Contrempoi1-bis contremploi2contremploi3

Contremploi-Suite1contremploi-suite2Contremploi-suite3

 

 

Epilogue-ce

La note "A contre-emploi 1 & 2" est mise à disposition selon les termes de
 la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale
 - Pas de Modification 4.0 International.

Fiou. Pas facile. Pas facile parce qu’il y a toujours cette petite fatalité qui vient te souffler à l’oreille « mais pourquoi tu t’indignes ? C’est comme ça, c’est tout » et en même temps la rage au ventre d’un monde si injuste. J’ai fait comme j’ai pu, je n’ai pas tout dit, je n’ai pas les capacités pour tout exprimer clairement mais j’espère que vous comprendrez.

Sur ce, quelques liens qui parleront sans doute davantage aux convaincus comme aux sceptiques.

Réduction du temps de travail (Wikipédia) Salaire à vie (Wikipédia) • Salaire à vie : l’emploi est mort, vive le salariat ! (Slate)  • Éloge de l’oisiveté (Wikipédia)  • Réduire le nombre de jours de travail : «On serait plus productif» (Le Figaro)Occupation du temps libre une norme de consommation inégalement partagée (PDF du Crédoc) • L’invasion des «métiers à la con», une fatalité économique ? (Slate) Mouvement Français pour le revenu de base L’urgence de ralentir (Docu – Arte)

Et puis aussi Solange te parle (Qu’est-ce que la vie ?) et la Chanson du revenu de base

Et surement des tas d’autres choses que je suis prête à ajouter à la suite.
N’hésitez pas à partager vos sources, donc.
La bise !

.

71 commentaires

  1. Pinceau dit :

    Chouette deuxième partie ! On est de plus en plus nombreux à avoir cette idée du revenu de base, pour moi c’est la seule et unique façon d’effacer les inégalités et de créer une meilleure société. Je ne sais pas si on sera là pour le voir, mais plus on est nombreux à y penser, plus cette « utopie » aura des chances de se mettre en place.
    Comme on dit, les utopies sont les réalités de demain ! Il faut continuer à y croire et à en parler, plein de personnes s’investissent pour la promotion du revenu de base et je suis certaine que leurs efforts paieront, un jour ou l’autre.

    C’est clair que c’est plus que frustrant d’être obligé.e.s de travailleur à des jobs stupides, qui n’apportent rien à personne (sauf quelques sous dans les tiroirs des entreprises). C’est frustrant quand les chefs en demandent « toujours plus », c’est déprimant quand quelqu’un qu’on connaît bien est au bord du burn-out alors qu’il ou elle donne tout ce qu’elle a, et plus encore.

    Le monde marche sur la tête…

    Mais faut garder espoir !! 🙂

  2. Alicia G. dit :

    Nepsie présidente?
    Sans blaguer je suis tellement pour tout ce que tu expliques dans ton blog…si seulement ça pouvait être comme ça.

  3. Yokho dit :

    On n’imagine pas les nombreux bienfaits du RDB :
    * On équilibre la relation patron / employé, il n’y a aucune raison que l’employeur n’écrive pas lui aussi une lettre de motivation.
    * Le chômage n’existe plus. La notion de retraité non plus.
    * On peut assouplir le code du travail.
    * L’esclavage moderne et la pauvreté disparaissent.
    * La petite délinquance et la prostitution de survie n’existe plus.
    * L’esprit d’entreprise et l’esprit associatif explosent.
    * La culture, tant par son expression que sa consommation touche tout le monde.
    * Versé une demi part aux enfants est la meilleur politique familiale qui soit.
    * Les jeunes peuvent poursuivre des études sans faire 3 petits boulots.
    * Les moins jeunes peuvent retourner sur les bancs de l’école !
    * On n’a plus besoin des aides devenues inutiles (bourses, APL, etc.), les bâtiments et les fonctionnaires en charge de ça.
    Et certainement le plus important :
    * Toutes les « idées géniales » qui restent dans des cartons par peur, manque de temps, manque de connaissance pourront se révéler et donner un véritable âge des lumières.
    * Toute la population devient solvable pour un crédit longue durée afin de devenir propriétaire dès la majorité.
    * Toute la population peut libérer du temps pour faire de la politique et se débarrasser des élus.

    • Nepsie dit :

      J’ai le ventre qui papillonne 😉

    • Damced dit :

      Depuis que j’ai entendu parler du revenu de base, je me prête souvent à confronter l’idée que j’en ai avec la réalité actuelle. Tu as listé la plupart que j’ai trouvé et pareil que Nepsie, j’en ai le ventre qui papillonne.

      Je rajouterai :

      * La fin des mégalopoles type Paris : actuellement, ce qui pousse la plupart des gens à s’y installer, c’est que l’emploi s’y concentre. Mais avec le revenu de base/salaire à vie, je n’aurai pas été obligé de quitter ma campagne limousine chérie. On assisterait ainsi à une rerépartition des habitants dans l’ensemble de la France. Quitter ses amis, sa région « chérie », ne serait plus subie.

    • Thai dit :

      Aça fait rêver … j’avais déjà entendu parler du revenu de base, mais c’est la première fois que je lis ici toutes les conséquences potentielles d’un tel choix politique …

      Je pense qu’aussi le soucis de base est que dés tout petit on conditionne les enfants à obeir à l’autorité, car nos gouvernements ont besoin que nous ayons peur (peur du prof, du flic, du chomage, etc..) et que ne soyons pas autonomes (car beaucoup de gens du fait de l’école très tôt, de la tv, etc… ne savent juste pas générer des activités, du coup bosser 40h par semaine ça leur va car ils s’ennuient chez eux… ils ont été habitués à ce qu’ON leur dise quoi faire, ils n’ont aucune autonomie) … Nos états ont besoin de ça pour que nous restions convaincus d’avoir besoin de l’état providence.

      Je suis sûre que si demain, un gouvernement faisait un tel choix politique, nous aurions pendant un temps des vagues de dépressions, voire pire, de gens qui ont TROP de temps pour eux, et ne savent pas l’occuper, tellement ils sont déconnectés de leur libre arbitre. Il faudrait réapprendre pour beaucoup à penser et vivre par eux même, ça serait un gros choc pour eux.

      mais ça serait tellement génial que la créativité, l’entraide, la solidarité, tout ça vienne… non pas un retour, mais un renouveau, de valeurs aussi et de considération des gens.

      Je suis au chomage suite à deux congés parentaux, donc ça fait plusieurs années que je travaille par intermittence, je suis très engagée en associatif, et même juste vers les gens qui m’entourent, et je regrette qu’on ne valorise pas ça… Je ne suis vue que comme une chomeuse, et la personne lamba imagine que je ne fais rien de mes journées, alors que si je le veux je pourrais être autant voire plus occupée qu’une personne active !

      cette vision actuelle de la société est tellement triste et réductrice, la créativité, l’imagination sont des valeurs méprisées alors qu’à côté de ça on admire les musées, l’architectures, qui sont représentatif de l’art… considéré par beaucoup comme inutile et couteux par beaucoup… contradictoire …

  4. Aelin dit :

    Malheureusement il n’y a pas de parti libertarien pour défendre ce genre d’idées en France.

  5. Un Petit Caillou dit :

    Dans le fond je suis tout à fait d’accord sur les bienfaits de ces pistes, hélas – et oui je ne suis pas un sceptique mais un pessimiste – sans vouloir faire de mauvaise philosophie je pense que c’est complètement irréalisable dans notre monde tel qu’il est. L’humain est capable du meilleur comme du pire, et sur un groupe de quelques centaines de personnes ma foi c’est jouable, mais sur des milliards une petite élite en voudra toujours plus et faussera toujours le système. De même sur l’idée du nombre, on est dans un monde ultra-connecté et je ne parle pas que d’internet mais des échanges tout court, on ne peut plus vivre les uns sans les autres du jour au lendemain. Et là un problème se pose, c’est que chaque pays a sa législation, sa philosophie, son mode de fonctionnement. Pour que ce modèle existe il faut qu’il soit mis en place partout, sinon c’est l’échec assuré, toujours parce que certains en voudront toujours plus et que pour fonctionner il faut être économiquement viable. Sinon il faut vivre en autarcie mais je ne crois pas que ce soit là une idéologie que tu partages 😉 et même là ce n’est pas viable car beaucoup voudront vivre cette utopie mais ne pourront l’appliquer chez eux car leur pays ne fonctionne pas ainsi, et quand tu sors de la misère tu vises le pays où tu peux le mieux vivre. Tu ne peux accueillir toute la planète sur un petit lopin de terre pour de multiples raisons.
    Le mal de notre société, je pense que c’est cet attrait pour l’argent. Toujours vouloir gagner plus. Et les mentalités qui débarquent, ultra consommatrices, poussées par l’individualisme à l’excès (je pense sincèrement qu’une majorité des gens, même celles qui défilent dans la rue, n’agissent que pour leur propre intérêt et ne pensent pas au collectif, ce n’est que pour se donner bonne conscience et faire bonne figure), balayent de base ton utopie, plus d’égalité c’est forcément mettre un peu de ses avantages de côté, peu de gens sont prêts à accepter ce mode de vie.

    • Nepsie dit :

      Et c’est ainsi que les super-héros deviennent de supers-vilains 😉
      Mais je comprends tout à fait et je suis également consciente que le seul obstacle -finalement- ce sont les hommes. Déjà parce que ce sont les hommes qui font ce système et ensuite et surtout parce que ceux qu’ils l’entretiennent n’ont aucun intérêt à le voir s’écrouler. Du coup oui, pas évident de trouver ça probable comme issue, bien que ce soit tentant.
      Je pense qu’il subsiste un esprit collectif en revanche (dans les initiatives locales notamment) mais que le reste est écrasé. Après l’autarcie moi je ne suis pas contre à petite échelle. Enfin, parlons de communauté plutôt mais je me vois mal continuer dans un monde comme ça sans tenter très égoïstement de m’en préserver par ce biais là. Comme quoi, effectivement, on ne fait les choses que par intérêt :/
      Mais à force de communautés plus modestes cela pourrait peut-être changer, non ?

    • Damced dit :

      Le souci que j’ai avec ton raisonnement, c’est que finalement,on aurait deux alternatives : on fait confiance aux êtres humains et on leur offre la liberté, ou on ne croit pas en notre prochain et on leur impose notre vision (dictature donc).
      Dans ces moments-là, j’aime bien cette citation de Mark Twain « Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage ». Ce que je tire de ces paroles, c’est que quand on laisse de la liberté aux gens, ouais, ils peuvent nous décevoir, faire des choses que l’on condamne. Mais tant que ça ne constitue pas une majorité, tant pis. Quoi que l’on instaure, il y aura toujours des gens pour en trouver la faille et profiter du système. Pourtant, je considère que si cette faille ne remet pas en cause le bon fonctionnement du système, il faut l’accepter et s’en foutre. Aucun système n’est parfait, deal with it !

      Ensuite, sur l’immigration, je ne suis pas non plus d’accord. Si un pays offre de meilleurs conditions de vie à des habitants, forcément, il devient attractif, on est ok sur ce point.
      Mais alors, quelle est l’alternative ? Saborder le navire pour ne pas que les autres montent dedans ? Et du coup, les pays se lanceraient dans une course à qui sera le pire ?
      De plus, ne peut-on pas espérer qu’une initiative réussie dans un pays ne porte ses fruits ailleurs ? Les exemples ne manquent pas là non plus.

      • Thomas dit :

        Je ne pense pas que ce soit irréalisable… Pour quoi ? à cause de la délocalisation ? Il faut rester compétitif ?
        Il me semble que tu as un point de vue assez libéral sur le sujet, je vais donc te donner des réponses qui n’offusqueraient pas un libéraliste.

        En l’état actuel des choses, la France ni jamais aucun pays avec le même niveau de développement ne sera jamais compétitif avec la chine ou autre. Et pourtant, tous nos emplois n’ont pas encore disparus, incroyable non ?
        La vérité c’est déjà que beaucoup d’emplois ne sont pas délocalisables, et d’autre part que le pays restera de toute façon attractif pour d’autres raisons (par exemple http://www.lefigaro.fr/emploi/2013/02/21/09005-20130221ARTFIG00552-les-francais-travaillent-moins-mais-sont-plus-productifs.php).

        Pour finir je pense vraiment qu’un revenu de base créera de l’emplois,
        En simplifiant les choses aux gens qui souhaitent entreprendre.
        On peut envisager une fois ce filet de sécurité en place (et seulement dans ces conditions !!) d’assouplir le droit du travail. Alors les travaux pénibles seront automatiquement revalorisés, les plus intéressants trouveront parfois preneurs pour un salaire moindre, ce qui aidera les entreprise naissantes.
        Cela favorisera aussi la création et l’investissement.

        Si jamais aucun de nos voisins ne met en place de revenu de base, je dis tant mieux !
        Les métiers les plus intéressants seront les plus viables dans notre économie et les plus pénibles iront s’exporter ailleurs.
        Un pays avec un revenu de base et donc un très bon niveau d’étude de la population devrait être un véritable el dorado pour les entreprises innovantes et créatrices, trop heureuses d’embaucher à bas coût dans un premier temps et de revaloriser ensuite le salaire des employés quand elle en a les moyens (les employés pouvant négocier leurs augmentation à mesure qu’ils ont prouvé leur valeur dans l’entreprise sans craindre de ne plus avoir de quoi vivre.)

        Concernant l’immigration… mais voyons ! tout le monde rêve d’avoir un pays attractif !
        Si jamais l’immigration explose (ce n’est pas dit, mais partons de ce principe), alors il sera toujours temps de revoir les règles d’entrée sur le territoire. Et éventuellement (mais là il faudrait vraiment que ce soit la seule solution) de ne distribuer le revenu de base qu’aux citoyens français.

  6. Pixocode dit :

    Très bonne BD, très bien expliqué, clair, la séparation en « causes », « conséquences » et « solutions » sont parfait, vraiment génial…
    Je fait parti des gens qui soutiennent cette idée de revenu de base depuis plusieurs année, depuis peu j’essaye d’être plus actif, des groupes local se sont créé pour communiquer activement.
    Entre temps une ICE (initiative citoyenne eurpéenne) a été lancé pour forcer l’europe à réfléchir à la question, ça n’a pas fonctionné, la moitié (si je me souviens bien) des signatures (sur le million de signature nécéssaire) ont été récolté mais le truc cool c’est qu’on en parle de plus en plus souvent et de plus en plus de gens en parlent, et ça c’est vraiment cool 😀

    Par contre juste un petit détail, désolé je fait un peu mon « difficile »

    J’ai découvert il y a peu qu’il y a 2 versions de cette idée…

    Une qu’on appelle « Revenu de base », qui a la particularité par rapport à l’autre idée d’être d’un montant inconditionnel, même revenu quelque soit la personne, qui peut se cumuler avec n’importe quel emploi

    Et une autre qu’on appelle « Salaire à vie », qui a la particularité d’avoir un montant conditionnel en fonction des qualifications et expériences mais avec une disparition du marché de l’emploi et la suppression de la propriété lucrative.

    En somme le salaire à vie est très anti-capitaliste, alors que le revenu de base est plus modéré…

    Voilà 🙂

    Pour plus d’informations :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Salaire_%C3%A0_vie
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_base

    • Pixocode dit :

      Petite précision sur mon commentaire, désolé j’avais pas lu la séparation « et puis la même veine mais en différent », j’avais eu peur que les deux idées soit mélangés, je suis vraiment désolé, j’ai validé trop rapidement mon commentaire 🙁

      • Nepsie dit :

        J’allais te châtier du blog pour ce souci d’attention mais bon, puisque tu le remarques toi-même tu peux rester 😀

        (Non, en vrai merci pour le message et ça reste utile de les différencier, tu as raison)

        Bonne journée ! 🙂

        • Pixocode dit :

          Je l’aurai mérité ^^ », trop content de tomber sur ce genre de bd j’était trop pressé de la finir… surtout que c’est pas très discret de lire ça au boulot :/ (oui j’aime bien me justifier)

  7. Sword dit :

    Jolie note, mais je ne sais pas où tu as lu/vu que le travail devenait de plus en plus difficile physiquement de nos jours. La tendance est inverse, et depuis longtemps (fin de l’industrie et des chaînes de production, arrivée de la technologie dans le monde agricole et artisan, nombreuses législations sur la santé au travail, etc).

    • Nepsie dit :

      Justement, je ne crois pas que je parle de travail plus difficile physiquement, si ? Si c’est le cas c’est mal formulé car effectivement je ne le pense pas. En revanche le travail semble plus difficile psychologiquement aujourd’hui (peut-être que ce n’est pas vrai et que c’est une idée contemporaine hein). L’article de Slate sur les bullshit jobs est pas mal à ce propos – sur la perte d’utilité notamment qui rend tout ça moins supportable-.
      Mais oui, je parle bien des conditions qui se sont améliorées en revanche 🙂

  8. Yooiou dit :

    Le fait que certains projets intéressants comme ceux là soient possibles mais que les politiques n’en parlent jamais, ne l’envisagent pas et nous laissent dans le caca me déprime encore plus, au final… :S

  9. Bravo !
    Bravo de mettre des mots simples, clairs et sympas sur les questionnements de nos générations.
    Maintenant, c’est à chacun d’entre nous de réfléchir à comment il décide de vivre et ce qu’il veut laisser pour demain.

    Merci 🙂

    Sara

  10. Emilien Debaene dit :

    Source très intéressantes dans ce domaine, si tu pouvais ajouter Jacques Ellul, philosophe et théologien francais du 20e siècle qui a beaucoup théorisé sur notre système économique.
    L’ensemble de ses réflexions sur le travai a été synthétisé dans un ouvrage intitulé « Pour qui, pour quoi travaillons nous ? »

    Pour qui, pour quoi travaillons-nous ?, par Jacques Ellul
    La Table Ronde, 2013, 254 p., 8,70 euros.

    Ouvrage très bien écrit, très compréhensible et bourré de sources supplémentaires sur ce sujet.
    Il serait temps que les choses changent.
    Cultivons nous et agissons pour faire bouger le monde, il ne bougera pas tant que la prise de conscience ne sera pas généralisée.

  11. françoise dit :

    Un revenu de base, c’est tout à fait faisable, et travailler moins aussi. De toutes façons, au-delà de 5h par jour, soit 20h par semaine, on n’est plus apte à se concentrer sur ce qu’on fait. L’idée est très ancienne: en 1979- il y a 35 ans, oui!- un collectif nommé ADRET avait publié un bouquin intitulé « Travailler deux heures par jour » très bien argumenté. Quasi introuvable aujourd’hui, sauf à des prix spéculatifs, mais j’ai mon exemplaire de l’époque, ça sert de ne plus être jeune 🙂
    http://www.amazon.fr/Travailler-deux-heures-par-jour/dp/2020050773/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1410367616&sr=1-1&keywords=travailler+deux+heures+par+jour

  12. Lilly dit :

    J’ai changé de boite il y a un mois pour gagner en liberté. je n’ai que 15 ou 20h d’horaires obligatoires par semaine ( permanence ) et pour le reste je suis libre. Je gère mon emplois du temps comme bon mon semble. j’ai un fixe de 900 euros et je suis payée à la commission, donc à hauteur de mon investissement.
    Au final je travaille plus qu’avant mais c’est MON CHOIX, et tout est aménager selon mes envies.

  13. toto dit :

    Super 🙂
    Merci 🙂

  14. Ah, la 2ème partie que j’attendais tant!
    Je suis d’accord avec tout ce que tu dis: la réduction d’heures de travail et le revenu de base…
    J’ai lu que je-sais-plus-où, ils ont donné un petit revenu de base pour ses habitants (tout minuscule, genre 300€). En Suisse (je crois), ils comptent tester ce système de revenu de base pour voir ce que ça donne.
    Cela paraît utopique mais j’y crois, certains pays se mettent déjà, c’est pas grand chose au vue de certaines sommes mais ça commence à émerger!
    Je garde espoir! =)

  15. Kaes dit :

    Tout comme toi, étant indépendant, j’ai la même chance que celle que tu décris avant ton épilogue. Merci de parler du revenu de base 🙂

  16. GammaNu dit :

    Selon moi, la solution pour mettre en place un revenu de base est :
    – de financer le revenu de base par création monétaire, ce qui à de nombreux mérites (cf lien)
    – de ne pas attendre qu’une volonté politique le mette en place mais de le faire au travers d’une crypto-monnaie.

    De cette façon, on pourrait dès demain, d’initiative personnelle, avoir son revenu de base, garantie techniquement par l’algorithme de la crypto-monnaie sans qu’aucune loi ne soit nécessaire ni ne puisse l’empêcher (même si elles peuvent l’interdire).

    Pourquoi ce n’est pas encore le cas ? parce que ergonomiquement, les crypto-monnaies qui respecte la TRM (monnaies à revenue de base équitable durablement pour tous leurs utilisateurs) ne sont pas encore simple d’utilisation pour des non-informaticiens, donc elles ne peuvent pas encore atteindre efficacement le grand publique.

    Rdv ici pour plus d’info : http://www.creationmonetaire.info/
    (le RdB y est abordé sous le terme DU pour dividende universel, et son montant n’est pas calculer pour permettre à tous d’être nourrit et logé dignement, il est calculé pour redistribuer les richesses monétaires de génération en génération de façon égalitaire.)

  17. Bibo dit :

    Une perspective tout à fait nouvelle et éclairante a été donnée à l’université d’été du revenu de base, en changeant de référentiel par la monnaie. L’auteur nous explique en quoi le choix du système monétaire impacte l’économie, et que choisir un système monétaire fondé sur un Dividende Universel (Revenu de Base) est non-seulement possible, mais change toute la vision de l’économie : http://www.creationmonetaire.info/2014/09/video-trm-universite-dete-du-revenu-de-base.html

    Il semblerait même que des systèmes de monnaies soient en cours de développement (OpenUDC / uCoin / Monnaie M) un peu sur le modèle de bitcoin, mais fondés eux directement sur un Dividende Universel (DU). La question du rapport à l’emploi ne se pose alors plus du tout sous la même perspective…

  18. Avec un revenu à vie, qui nettoiera les chiottes? qui videra les poubelles?

    • Pixocode dit :

      Suffira de requalifier ces travaux en les payant plus par exemple…

    • Bibo dit :

      En effet HerbeDeProvence, on peut même affirmer que toute tâche a un prix, ou encore qu’à partir d’un certain niveau de prix une tâche finit par trouver les volontaires prêts à l’effectuer pour ce prix.

      Se poser donc la question de qui fera donc telle ou telle tâche, dans une économie où existe un Revenu de Base, est donc uniquement une question sur le montant du prix que l’on veut bien payer pour autrui pour quelque chose qu’on souhaite ne pas faire soi-même.

      Avant la tâche l’individu A a disons 1 RdB sur son compte et l’individu B a 10 RdB sur son compte.

      Pour disons 6 RdB l’individu A accepte d’effectuer une tâche proposée par B à ce prix là, mais personne ne l’a accepté pour 5 RdB, on a atteint le prix où A accepte le deal.

      Après la tâche A se voit crédit de 1+6 = 7 RdB, tandis que B se voit crédité de 10 – 6 = 4 RdB.

      Ainsi l’échange économique se réalise, tandis que pour 1, 2, 3, 4 ou 5 RdB il ne se réalisait pas, le « bon prix » a été trouvé par les acteurs A et B !

    • Damced dit :

      Je rajouterai aux précédentes réponses que tes propos sont plutôt choquants. À une autre époque, tu aurais donc été pour le maintien des esclaves car « qui va ramasser tes déchets si on ne fouette pas des gens pour le faire »?
      Si personne ne veut faire ces travaux, c’est parce qu’ils sont dangereux et/ou mal payés et/ou dégradants. Le revenu de base serait l’occasion de revaloriser ces travaux en les payant mieux, en améliorant les conditions ou carrément en trouvant des alternatives.
      Pour le ramassage des ordures, on peut par exemple imaginer la suppression de la collecte en porte-à-porte pour revenir à des points d’apports volontaires, réduisant drastiquement le besoin en rippeurs.

    • Ferdinande dit :

      Quid de la possibilité initiale d’être responsable de notre utilisation des WC en essayant de ne pas les salir (ou de nous charger nous-même de leur propreté)? Et quant au ramassage des déchets, on peut aussi essayer de consommer de façon plus consciente afin de ne pas produire de déchets!

  19. […] A contre-emploi (2/2) | Le blog d'une gentille. Pour ceux qui n’étaient pas là la dernière fois, en spoiler se trouve la partie 1 de la note. […]

  20. Céline dit :

    Merci pour ces illustrations très éclairantes.
    j’ai actuellement repris des études en formation continue, un MBA, Master en Gestion des Affaires (réunissant donc un public que l’on ne taxerait pas à priori de libertaire…).
    Nous avons eu un devoir en groupe sur la crise financière et les leviers de sortie. TOUS les groupes ont proposé une baisse du temps de travail pour assurer une meilleure répartition. Et notre enseignant à abondé dans notre sens.
    Si même dans les écoles de futurs dirigeants ont aborde le sujet, ça veut dire que l’espoir n’est pas mort !

  21. Tobiz dit :

    Comme toujours j’apprécie beaucoup tes réflexions! Très loin d’être bêtes et surtout bien construites 😉

    Ca fait un moment que j’ai entendu parler de ce système (utopique?) et j’y suis vraiment pour! Je n’ai pas la faculté d’être aussi clair dans mes explications mais je vais tenter d’expliquer un point de vue.

    Comme dit précédemment dans les commentaires, l’homme est vénal et il y aura toujours une minorité qui détournera le système pour son propre intérêt. C’est un fait, soit, mais j’aimerais rappeler quelque chose (qui a aussi été énoncé dans les com’ précédents): L’Homme est capable du pire COMME DU MEILLEUR.
    Dans notre société, on nous apprend (/conditionne?) à retenir ce que l’Homme fait dans le pire mais rarement ce qu’il fait dans le meilleur (Cf. Journaux télévisés!?). A force de penser négativement, on « contamine » nos semblables à penser de la même façon, à tel point d’en oublier que nous sommes capable de faire autrement.
    Il ne faut surtout pas oublier de croire en l’Homme, ce qui inclut de croire en son voisin, en un inconnu mais aussi en soi-même. Nous avons de multiples exemples qui nous montrent que l’Homme n’est pas que mauvais et individualiste. Il sait faire de bonne choses (des curés qui hébergent des sans-abris, des jardins participatifs, des associations contre la faim, les associations d’apiculteurs, ….), mais on ne nous le montre pas assez. l’Homme peut être BON et ce système j’y crois!

    Pour répondre à HerbeDeProvence, le revenu de base est le minimum pour vivre mais rien ne t’empêche de faire un métier qui te rapporte plus. Et justement dans ce genre de système, nous pouvons tout à fait concevoir que le métier de « technicien de surface » soit beaucoup mieux payé (vu que personne ne voudra le faire de son plein gré, un bon salaire rendrait le métier plus attirant, ça ferait une bonne contrepartie). 😉

    Ce système à un réel potentiel pour nous tous! Et il est vrai qu’à l’heure où j’écris il ne verra jamais le jour car l’oligarchie mondiale (= les banques)(= Rothschid / JP Morgan / Goldman Sach / ….) ne le voudra jamais car elle perdrait tous ses bénéfices acquises sur le dos de l’ensemble de la population mondiale.
    C’est seulement quand ce système ultralibéral sera tombé et après avoir retrouvé notre (réelle) liberté que nous pourrons envisager d’appliquer le système du revenu de base qui est très loin d’être stupide et irréalisable!

    Révolutionnaire? Humaniste? Extremiste? Je ne sais pas comment vous allez me qualifier, je suis peut être les 3 mais j’ai le réel espoir que nous pouvons nous TOUS nous en sortir si nous arrêtons d’être aussi divisés et individualiste 😉

  22. Norrec dit :

    Ces idées sont irréalisables pour la bonne et simple raison suivante : Si ces idées sont mises en pratique (car largement faisables), tout le système qui consiste a exploiter les plus faibles pour enrichir les plus forts s’effondre. La « minorité » dont tu parles est constituée de gens qui veulent toujours plus. Si toutes tes idées sont appliquées, ils gagneront moins d’argent, et cela, ils le refusent catégoriquement.

    Un être humain sous contrôle est « malléable » rapporte bien plus qu’un être humain qui a conscience de sa propre existence et de sa condition. L’abrutissement cérébral et physique par le travail et la sur-consommation. Garder une nation sous contrôle pour pouvoir la manipuler a l’envie, et la faire produire plus, toujours plus, pour la satisfaction des plus influents.

    Pour plus de détails, je vous invite tous et toutes a lire le livre « Armes silencieuses pour Guerre tranquille » trouvable très facilement sur internet en PDF est très intéressant. Dans ce livre, les techniques de manipulation des foules et de nations entières y sont décrites, et pour peu qu’on s’y intéresse, on constate que c’est ce qui se passe tous les jours …

    Qui a parlé de conditionnement ? Ah oui … 😉

    • Damced dit :

      Je trouve ton intervention peu constructive. La leçon c’est quoi ? « Vous pouvez rien faire les gars alors arrêtez de rêvez et si vous n’êtes pas contents, tirez vous une balle ! »

      Désolé mais la meilleure manipulation, c’est pousser quelqu’un à se mettre lui-même des chaînes et je ne vois pas ici de meilleure exemple que toi pour illustrer ce propos.

  23. […] Travailler moins, mais travailler mieux, tout en gagnant suffisamment pour vivre et en gardant du temps pour soi, pour s’investir. Une belle utopie, ou une solution à la crise ?En pleine crise, où avoir un emploi décemment rémunéré s’apparente à un luxe, l’illustratrice nous interroge :et si nous n’avions pas besoin de travailler pour vivre, que ferait-on de nos journées ?S’interdire de se plaindre de son travail, au motif que par les temps qui courent, c’est une sacré chance d’en avoir un… Attendez, être contraint de faire un travail dans lequel on ne s’épanouit pas, c’est… une chance ? Pourquoi ?  […]

  24. […] A contre-emploi (2/2) | Le blog d'une gentille. Pour ceux qui n’étaient pas là la dernière fois, en spoiler se trouve la partie 1 de la note. […]

  25. Thierry dit :

    Belle illustration qui reflète plutôt bien la réflexion que je mène actuellement.
    « L’important c’est aussi parfois de s’arrêter pour prendre un peu de recul ».
    Et ça marche !! 😉
    Bonne continuation
    Thierry

  26. Keir dit :

    Cette idée de salaire de base n’est pas con du tout. Mon beau-père en avait émit l’idée un jour ou nous parlions de politique, et je dois avouer que ce serait gratifiant pour beaucoup. A chacun de travailler ensuite en fonction de la qualité de vie qu’il souhaite ( concernant loisirs, toussa…)

  27. ClaudiaG dit :

    Bonjour Nepsie !
    J’ai découvert ton blog hier soir et j’ai tout dévoré ! Je me retrouve dans tout ce que tu dis, c’est hallucinant. Je ne sais même pas comment te dire à quel point je suis tombée amoureuse de tes illustrations. C’est juste fou… J’avais plein de truc à te dire mais du coup là je ne sais plus quoi dire. Voilà, voilà. J’admire vraiment ce que tu fais, j’ai l’impression que tout ce que je pense à été retranscrit sur ton blog. Bref, je voulais juste que tu le sache. Je te souhaite pleeeeein de bonnes choses et de réussite pour la suite, je pense que je vais venir régulièrement voir les nouveautés ;).
    Mon commentaire n’a rien à voir avec ton article mais je ne savais pas où te le dire.
    Bisous 🙂
    (je veux aussi un earthship, c’est génial comme concept)(et j’ai aussi deux lapins, mais ils ne vivent pas à l’intérieur de ma maison car je vit encore avec mes parents et ils ne les veulent pas dans la maison… pauvres bêtes)(

  28. […] A contre-emploi (2/2) | Le blog d'une gentille. Pour ceux qui n’étaient pas là la dernière fois, en spoiler se trouve la partie 1 de la note. […]

  29. nlitb dit :

    Hello, merci pour cette note qui fait écho pour moi ! Ce serait tellement extraordinaire de pouvoir se réapproprier le temps, et ce faisant prendre un peu plus soin de la la planète… En jardinant, en cuisinant, en cousant… Tant de choses que je voudrais pouvoir faire, et savoir faire.
    Tu connais peut-être déjà, mais les ouvrage de Serge Latouche devraient t’intéresser à ce sujet, notamment ceux édités aux éditions des Mille et une nuits.

  30. Gwen dit :

    C’est une super page, et de super commentaires pour la plupart ! Ils reflètent d’ailleurs qu’effectivement, nous sommes beaucoup à rêver d’un monde plus équilibré à tous les niveaux ; je pense que toutes ces idées seront un jour réalisées, reste à savoir quand ! 😉
    En ce qui me concerne, je pense de plus en plus « local », année après année, et ça me réussit bien. Je crois que c’est en se changeant chacun à son échelle, dans une perspective commune telle que celle décrite sur cette page, que nous pourrons donner une chance au monde d’évoluer vers du mieux.
    En tous les cas, une chose me paraît importante : ce monde changera notamment quand chacun aura changé sa mentalité quant à la consommation. Davantage de qualité (dans ce qui est consommé, et dans la manière de travailler et de vivre pour produire cela), moins de quantité, tout ça tout ça….
    Je crois que les Français souhaitent majoritairement un tel monde, reste à faire passer le message que la consommation doit être modifiée.
    Je dis tout cela en vrac, désolé ! 🙂
    Think Global, Move local ! 😀

  31. […] de solutions telles que la baisse du temps de travail, le salaire à vie et le revenu de base (planche 2), solution qu’elle […]

  32. Zaz' dit :

    Magnifique!! Je suis vraiment touchée par ton travail! Je n’ai pas l’habitude de faire des commentaires sur ce que je lis ou regarde sur le Net, mais là, je suis vraiment touchée!!… C’est clair, sincère, sans prétention particulière, intelligent,… je ne trouverai surement pas tous les mots que j’aimerais pour décrire ce que cela me procure de te lire!… Je fais partie de ces jeunes diplômés qui se questionnent beaucoup sur le monde dans lequel on vit et qui aimeraient que cela change pour un monde plus juste, plus humain, plus solidaire, plus respectueux de sa Terre et de ceux qui y vivent,… où les Hommes vivent et non survivent… où l’on sait prendre le temps car on en mesure son importance!… où ce n’est pas l’argent qui gouverne nos vies mais bien où nous sommes les uniques maitres de nos vies!!… Ton travail me touche car je suis dans une phase de ma vie et de conscience où je n’arrive plus à contenir toutes mes indignations ne me permet plus de vivre bien et où je ressens aussi le besoin extérioriser ces indignations, questionnements, réflexions, etc., de la partager, de les nourrir,…! Alors merci à toi pour contribuer à la réflexion et à l’intelligence collective! Et bravo pour ton travail!! Très bonne continuation à toi! Et au plaisir de suivre tes travaux!

  33. Zem dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces illustrations. Peut-être que le plus grand nombre va enfin finir par s’interroger sur notre société? J’ai, en effet, l’impression que de plus en plus de personnes se résignent à vivre dans cette société selon les codes établis… Et si, en fait, c’était ses codes (salariat, consommation…) qui étaient à revoir… Réflexions en cours donc!
    Il y a quelques temps, j’avais également lu un article très intéressant du Monde Diplomatique, en accès libre, à ce sujet : http://www.monde-diplomatique.fr/2013/05/CHOLLET/49054
    (avec quelques sources à la fin)

    Merci et bonne continuation

  34. Jean-Philippe dit :

    Bravo Nepsie ! Excellent travail qui a dû te demander une sacrée réflexion et sans doute pas mal de brouillons pour rendre limpide ton argumentaire sur le revenu de base. Je pense que, sauf arrivée d’une « dictature », on y viendra et se sont de petites actions comme la tienne qui y préparent les gens. Merci ! 🙂

  35. Sarah dit :

    Bonjour bonjour,
    J’avais adoré la 1ere partie, tres vraie… Mais honnetement j’ai du mal a croire aux solutions proposées dans la 2e :/ J’ai lu plus haut dans les commentaires « Les métiers les plus intéressants seront les plus viables dans notre économie et les plus pénibles iront s’exporter ailleurs », mais franchement si chacun peut choisir son métier on va TRES cruellement manquer d’éboueurs / plombiers / tous ces métiers « ingrats » que déja aujourd’hui personne ne veut faire (pas uniquement a cause la pression sociale, c’est également qu’ils intéressent peu de monde) et qui ne peuvent etre exportés.
    La derniere fois qu’on a tenté de déconnecter le travail fourni et les salaires, c’était en URSS, résultat le rendement des mini jardins personnels (ou chacun récoltait le fruit de son labeur pour lui meme) était en moyenne 100 fois supérieur a celui des fermes communes (redistribué a la communauté…). Je pense sincerement que ce type de systeme peut fonctionner et réussir « a échelle locale », dans des petites communautés, mais a l’échelle d’un pays comme la France c’est la catastrophe assurée. Oui les retraités restent actifs, mais est-ce que c’est réellement une activité « utile aux autres » (leur permettant de se nourrir vivre etc) … ?
    Alors oui c’est sans doute un discours libéral (oulala c’est mal). J’adore mon pays, ca m’a tuée de devoir choisir entre m’expatrier ou me résigner a un job inintéressant en France (j’ai choisi l’expatriation), je contribue autant que possible a différents projets sociaux… Je n’ai pas LA solution (meme si, déja faire réellement respecter les 35/39h, baisser les charges pour les entreprises et davantage imposer les grandes fortunes serait un bon début).
    Voila voila 🙂

    • Nepsie dit :

      Bonjour Sarah,

      Justement, l’idée c’est de libérer du temps pour avoir une société moins basée sur l’argent. Alors oui il resterait des métiers ingrats (que tu juges ingrats en tout cas) mais pourquoi ces métiers là sont si chronophages à ton avis ? Parce qu’on a plus le temps et l’envie de les faire nous même. Pourtant on pourrait faciliter tout ça en apprenant à faire des choses (avoir des notions en plomberie / rencontrer ses voisins qui ont des notions en plomberie ou bien faire son compost / descendre jeter soi-même ses déchets dans une benne plutôt que de sortir des poubelles individuelles, apprendre à ramoner soi-même sa cheminée plutôt que de demander à une entreprise parce qu’on a pas le temps, etc). Et ça, ça rendrait ces emplois moins difficiles et moins ingrats.

      Mais je comprends, on vit dans une société où chaque personne a sa place, son statut, son utilité. Pas facile d’appréhender ça autrement. Moi ça ne me parait pas fou et si je dois être égoïste pour le vivre alors tant pis, je ne serai pas la première à l’être. Je choisirai juste la voix d’une communauté plus unie. Sans parler d’être chez les hippies comme disent certains, je suis certaine que ça peut fonctionner.

  36. […] de solutions telles que la baisse du temps de travail, le salaire à vie et le revenu de base (planche 2), solution qu’elle […]

  37. Matou dit :

    Que ça fait du bien, de lire quelqu’un qui propose des solutions et qui ne rabâche pas seulement les problèmes. Que ça fait du bien, de lire quelqu’un qui ose réfléchir et exprimer ses solutions, sa pensée, sans se soucier des sceptiques. J’essaie parfois, dans certaines discussions familiales, de réfléchir avec les autres à des « solutions ». Mais de suite, les « vieux » rétorquent: « ça sert à rien ; ça marchera jamais ; tu es folle ; tu penses changer le monde mais ça, c’est parce que t’es jeune, après tu verras quand t’auras vécu la vraie vie, t’auras plus la force de changer quoique ce soit ». Et ils restent là, à attendre (on se demande quoi d’ailleurs), et à se plaindre.

    Bref. Merci pour ce super article qui redonne de l’espoir!

    • Bernard Barnoin dit :

      Bonjour Matou

      Je viens de lire ton commentaire et comme je viens aussi de fêter mes soixante treize printemps, je veux te montrer qu’on peut être vieux et rester convaincu qu’on peut changer les choses.Comme je l’explique dans un autre commentaire(plus bas)ce n’est pas parce qu’on ignore qu’une chose s’est produite que cette chose n’existe pas.Je fais allusion aux quatre années pendant lesquelles les habitants de Mont Dauphin,localité située dans la province Canadienne du Manitoba ont perçu un revenu de base tel qu’on aimerait le voir instauré chez nous. Pour plus de détails voir revenu de base sur Wikipédia.
      Comme ça,lors de votre prochaine réunion de famille,tu pourras donner aux rabat-joies de quoi réfléchir et peut-être de changer leur point de vue.

      Puisque tu es un Matou,je peux te faire une caresse?

  38. Yann dit :

    On peut trouver une excellente émission sur le site d’Arrêt sur image qui parle du revenu de base : http://www.arretsurimages.net/emissions/2014-01-03/Revenu-de-base-On-sacrifie-notre-bonheur-sur-l-autel-de-l-emploi-id6379.
    le débat est très intéressant (accès aux abonnés, abonnement possible à l’article).

  39. […] « Rebsamen demande au Pôle emploi de « renforcer les contrôles » je crois qu’on tombe juste. A contre-emploi (2/2) | Le blog d'une gentille. Pour ceux qui n’étaient pas là la dernière fois, en spoiler se trouve la partie 1 de la […]

  40. UnMec dit :

    Je viens de découvrir votre blog.
    C’est super.
    Je reviendrai 🙂
    Merci pour ces BD bien dessinées et pertinentes :).

  41. Hiru dit :

    Effectivement, même si on est encore loin d’un changement radical, cela fait du bien de se dire que ce n’est pas forcément une fatalité et que d’autres façons de vivre sont possibles, à tous les niveaux. Et de s’apercevoir qu’on n’est pas seul à y penser.
    Alors merci pour ce petit bout d’optimisme. <3

  42. Bernard Barnoin dit :

    Tout d’abord,bravo pour ce blog que je viens de découvrir et que je mets ipso facto dans mas favoris.
    je suis moi-même un inconditionnel du revenu de base c’est pourquoi je me permets d’insister particulièrement sur l’expérience canadienne de mise en place de ce revenu.

    L’expérience réalisée au Canada dans le Manitoba est particulièrement instructive car elle s’est déroulée dans un pays développé avec la même structure sociale que la nôtre.
    Bien qu’elle n’ait duré que quatre ans les effets positifs tant sur le plan individuel que sociétal se sont avérés spectaculaires.
    Voyez l’article Revenu de base à Mont-Dauphin(Manitoba)sur Wikipedia Les sceptiques y trou veront des éléments de réflexion et les convaincus des arguments concrets à opposer à ceux qui doutent de la faisabilité car nous avons là une utopie qui a reçu un début de réalisation et qui n’a été interrompue que par le changement de gouvernement de la province et non pour une question d’efficacité qui n’ a jamais été mise en cause.

  43. […] A contre-emploi (2/2) | Le blog d'une gentille. Pour ceux qui n’étaient pas là la dernière fois, en spoiler se trouve la partie 1 de la note. […]

  44. Un Travail génial, qui explique bien les enjeux sur la problématiques de l’économie de marché actuel merci de ta contribution Nepsie! Je veux Nepsie comme première ministre au Québec !

  45. […] A contre-emploi (2/2) | Le blog d'une gentille. A contre-emploi 1/2 | Le blog d'une gentille. Le chômage, une bonne nouvelle. Libérons-nous de l'emploi ! – Le blog d'Emmanuelle. LE SALAIRE DE LA PEUR. […]

  46. Prunelle-Mirabelle dit :

    Fidèle lectrice de madmoiZelle, c’est par ce biais que je viens de découvrir cette BD et par conséquent ton blog. Je n’ai pas grand chose à ajouter si ce n’est un grand BRAVO pour ce travail de qualité où tout est dit et où l’argumentation est solide, ainsi qu’un grand merci à toi pour avoir osé nous partager tout ça.
    Sache qu’on est sur la même longueur d’ondes quant à un revenu de base. Je m’en étais déjà fait la réflexion sans pour autant en parler autour de moi. Alors qu’en fait ce n’est pas stupide du tout et ça résoudrait beaucoup de problèmes de notre société !
    Bien sûr, il pourrait y avoir des abus d’un côté comme de l’autre mais on n’est pas tous faits pareils, des abus il y en aura toujours, c’est le propre de l’être humain et ce n’est pas une excuse pour laisser tomber et pénaliser une majorité. D’autant plus qu’on a les moyens de les corriger, ces abus !

    Tout ce que j’espère, c’est que ceux qui en ont le pouvoir prendront en considération cette réflexion, que nous sommes apparemment nombreux (plus que je ne l’aurais cru) à partager. Et le jour où le RDB sera mis en place, j’aurai une pensée pour toi qui as déjà tout compris !
    Bonne continuation, je suivrai attentivement tes autres travaux !

  47. […] Pourquoi un revenu de base? Un revenu de base en Aquitaine Revenu de base en Finlande: résumé Mouvement français pour un revenu de base Brève histoire du revenu de base […]

  48. Circonflexe dit :

    Bonjour, je decouvre cette idee et je trouve ca hyper exaltant!! Par contre je me pose plusieurs questions et je n’arrive pas vraiment a trouver de reponses a mes questions. Ce n’est pas du sceptisme mais vraiment un desir de comprendre. Si quelqu’un pouvait m’aider a eclairer ma lanterne:

    Je comprends qu’on part du principe que tout le monde veut etre utile et que personne ne sera « inactif », et qu’avoir un emploi permet de s’assurer du comfort, mais la survie est assuree par le revenue de base.

    -Est ce qu’on arriverait a avoir assez de travailleurs pour couvrir tous les besoin du pays? Est ce qu’il n y a pas certains secteurs qui en souffriraient?
    Je m’explique: Mettons que les metiers moins sexys sont re-evalues en fonction de la penibilite, etc. Aujourd’hui les sous-sous sont indexes sur la longueur des etudes plus ou moins. Mais si on rajoutes d’autres variables (comme la penibilite), est ce que les gens iront faire des etudes de compta alors qu’ils pourraient etudier l’art et l’histoire et avoir le meme niveau de comfort?
    Et la du coup est ce qu’on ne manquera de gens qualifie en comptabilite?

    – Et aussi qui deciderait d’allouer tant de sous a tel emploi et de combien les entreprises doivent mettre dans le pot commun? Une elite politque? Mais dans ce cas la est ce qu’on ne risque pas de retomber dans le systeme actuel?

  49. […] Le revenu de base présenté en BD par Nepsie : sur le blog de Nepsie […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *