Madame la République

Madamelarepublique3

Han et vous savez quoi ?!

Après ma note sur les Earthships Yoann m’a contacté. Mais qui est Yoann ?! Et bien c’est un monsieur qui est charpentier et qui est allé apprendre à construire des Earthships !Là il revient en France et fait un petit tour, proposant des conférences…
Alors on en profite pour en faire une à Tours ! 😀

C’est pas trop chouette ?! Ca vaut le coup de semer des graines 🙂

RDV le mardi 25 mars à 19h, sur le Campus de Grandmont, Bat.F, amphi de bio

Et voici la petite affiche que j’ai fait pour l’occasion !

AfficheConferenceWeb

50 réflexions au sujet de « Madame la République »

  1. CrankyJu

    Je ne peux rien dire d’autre sinon que je suis complètement d’accord avec ce que tu dis. Ca me pose vraiment problème que des gens choisissent de ne pas voter. J’étais prête à voter bien avant mes 18 ans et je bouillonnais de ne pas pouvoir m’exprimer. J’ai eu 18 ans après les présidentielles de 2007 (je suis née en mai u_u ») et quand un copain qui les avait m’a dit qu’il n’avait pas voté, je lui ai mis une vraie bonne tarte dans sa figure. Trop frustrant.

    Bref, tout ça pour dire qu’on nous demande de choisir. On a la chance de vivre dans un pays où on peut voter pour dire ce que l’on pense, pour élire les personnes qui nous gouvernent. On a tous ce droits, les riches comme les pauvres. Et je suis tellement contente de pouvoir le faire. C’est une putain de chance d’avoir ce devoir de citoyen. Allez voter !

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Ahah ! C’est marrant cette réaction et cet enthousiasme pour les élections 🙂
      Moi j’étais pas vraiment prête à cet age là mais j’ai vraiment acquis un truc, eu envie de m’informer et de prendre ce droit à bras le corps quoi.

      Et tu as raison pour la « chance ». Même si la politique me donne le vomi à cause de la majorité des têtes de listes, il y a d’autres solutions, des alternatives à tout ça et ça fait du bien.

      Répondre
  2. herman9

    Salut,
    moi je pense pas voter, ou si je le fais ca sera forcément blanc. J’habite dans un village où il n’y a qu’une liste. Soit je vote pour soit je vote pas. L’élection reste symbolique mais inutile.

    Répondre
    1. m

      Si tu vote blanc, tu ne votes pas pour un parti mais tu votes bien pour une idée. Le vote blanc a enfin été reconnu comme un vote en soi (après les européennes) , il faut qu’on l’utilise maintenant. VOTEZ BLANC!

      Répondre
      1. Bulu

        je suis d’accord, voter blanc c’est voter.. Y’a quelques années encore ça n’était même pas possible aux femmes de voter.. Le vote est un droit et je pense que c’est un devoir de l’utiliser. Un vote blanc est tout aussi important qu’un vote tout court..

        Répondre
  3. Pellu

    Ne pas aller voter c’est aussi montrer que personne n’ai intéressant, encore faut-il être inscrit sur les listes, ayant reçu ma ci après l’inscription pour voter je pourrais rien faire, d’ailleurs c’est n’importe quoi tout le monde devrait être inscrit dès qu’il change de ville

    Répondre
    1. Mélanie

      quand des politiques voient des abstentions (des gens qui votent pas) ils peuvent se dire : pfff encore des mecs qui s’en foutent, en gros des gens qui prendront tous qui viendra donc bon vu que c’est un gros pourcentage ou va pouvoir faire passer pas mal de choses c’est cool, après tous ils s’en battent les steacks.
      Quand y a blanc le message qui passe c’est : ah ouais y a quand même des pello qui sont d’accord avec RIEN de ce qu’on propose et qu’ont bougé leurs uk pour le dire… ceux là faut les convaincre parce que ça veut dire qu’ils vont pas non plus nous laisser faire quand on va faire passer une loi anti facebook (exemple naze j’avoue), c’est chaud va falloir qu’on travail dessus Gilbert (c’est son collègue) parce que 27% c’est beaucoup mec ! Je veux pas des manifs dans la rue moi !!

      voilà en gros

      Répondre
      1. Nepsie Auteur de l’article

        Magnifique comparaison :p
        C’est parlant et je suis bien d’accord avec toi. Ça ne me viendrait pas à l’esprit de ne pas voter, je préfère voter blanc plutôt que d’être inclue dans une masse d’abstentionniste dont les politiques prennent plaisir à penser qu’ils n’en ont juste rien à faire.

        Répondre
  4. Marielle Nils

    Coucou !
    Je suis entièrement d’accord, avec toi : je viens d’avoir 18 ans, je vais vote pour la première fois.
    Je ne dirais pas que c »est une fierté, ni que je suis heureuse de voter ce que je vais voter, mais ça me semble juste normal. ça peut paraître super rabat-joie et cliché de dire ça, mais j’aurais honte de ne pas y aller sachant qu’il y a énormément de gens qui ne peuvent pas choisir qui décidera de leur quotidien, leurs droits et leurs devoirs.
    Peu importe les personnes pour qui j’ai voté sont élues, si elles représenteront les idées que j’ai ou pas, ma voix aura une valeur si je ne suis pas d’accord 🙂

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      J’espère que ton premier vote s’en bien passé Marielle ! 😀

      Moi je perds un peu espoir quand je vois les scores des listes que je choisis à chaque fois mais allez, on garde espoir ! 😀

      Répondre
  5. Laumie

    Cette année, pour la première fois depuis que j’ai l’âge de voter, je vais voter blanc. C’est un peu la même situation que la personne précédente : il n’y a qu’une seule liste dans ma commune. Mais c’est pas vraiment pour ça que je vote blanc. Je le fais parce que la personne qui est en tête de liste et qui veut donc être élue maire est un parachuté. Non seulement, je ne le connais pas parce qu’il n’a jamais essayé de s’intégrer dans la vie locale, mais en plus de ça, j’ai appris ces jours-ci à l’occasion de la lecture d’un article dans le journal quotidien qu’il y a eu des magouilles pour qu’il puisse se présenter ici. Et honnêtement, je trouve ça nauséabond au possible.

    Il ne me reste plus qu’à espérer qu’un grand nombre d’habitants va voter blanc ou nul (remarque, c’est à peu près la même chose jusqu’en Avril si j’ai tout suivi) et que donc, ce monsieur ne passera pas.

    Je t’avoue que les seules élections où je ne vote pas, ce sont les Européennes parce que je n’y comprends pas grand chose. Le reste du temps, je pars du principe que si nos aïeules se sont battues pour qu’on ait le droit de vote, ce n’est pas pour le bafouer en s’abstenant. D’autant que dans certains pays, malheureusement, le droit de vote n’existe pas ou peu …

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Oui, effectivement. Dans les petites communes c’est pas vraiment pareil et l’enjeu est moindre. Ici, à Tours, je ne vais pas voter pour quelqu’un qui s’investit puisque je ne sais pas qui fait quoi 😉
      C’est plus pour les idées – ou bien pour un « personnage », comme j’en ai l’impression malheureusement- qu’on vote dans une grande / moyenne ville, et moins par affinités puisqu’on attend pas les mêmes choses.

      Pour les Européennes je ne me suis jamais penchée sur la question, je vais voir ça mais je suis certaines que c’est pas si compliqué 😉

      Répondre
  6. Hilly

    J’ai voté pour la première fois en 2007. J’avais récupéré tous les programmes et je les ai tous décortiqué sans exception. Je trouvais ça tellement important d’aller voter et de savoir pour quoi et pour qui je vote.
    C’est toujours important pour moi, même si je vote blanc. C’est ma manière de dire que je ne suis pas convaincu et qu’on peut faire mieux mais que je suis là et que j’ai un avis.
    Et puis,comme toi, je ne comprends pas les gens qui ne votent pas et qui restent passif. On (nos ancêtres) s’est battu pour pouvoir choisir (et les femmes encore plus) alors c’est normal d’y aller non?!!

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Oui, c’est normal comme tu dis de continuer à montrer notre intérêt sur la vie de notre pays / de notre ville.
      Et pareil, je préfère voter blanc ou – si ça se présente à l’avenir – m’intégrer à une liste, tenter des chose. Bon, forcément ça ne sera pas dans une ville comme Tours mais je suis certaine que dans un petit village c’est possible de monter une vraie opposition, de montrer son mécontentement autrement que par l’abstention.

      Je suis contente de lire ça en tout cas *_*

      Répondre
  7. nopster

    beuuuu… Pourquoi j’ai jamais voté à rien? ben parce que je ne cautionne pas le fonctionnement et que l’ensemble me semble juste un prétexte pour dire qu’ils ont été élus… que tu votes pour eux, pas pour eux, contre eux, c’est pareil: ils se partagent le pouvoir en haut à deux grandes mouvances et le reste c’est juste là pour justifier qu’ils soient en place hein: on a voté donc on a choisi et validé qu’ils soient là de cette façon là…
    Moi je ne veux surtout pas avoir une responsabilité quelconque dans leur grande foire, je cherche juste le moyen de passer au travers de toutes les choses hallucinantes qui nous tombent dessus de leur part au quotidien.
    Au mieux mon engagement au quotidien c’est comment ne pas être inclus ni engagé dans rien. et sinon oui je cherche comment fuir le pays au plus vite pour aller vivre comme un clodo solitaire en évitant toute structure étatique… donc je dois pas être super représentatif du mouvement je-vote-pas.
    Mais bon si pour changer le système il faut à l’avance le reconnaître et faire son chemin dedans pour pouvoir à la fin quand t’as bien parcouru le truc pouvoir espérer enfin le changer (IE ta démonstration sur les briques) ben j’appelle ça une utopie: tu te fais avoir et tu apportes juste validité à un truc incroyablement retord.
    mais quand même… on a vraiment besoin d’une machine si compliquée pour nous dire « ça c’est bien et ça c’est pas bien »? on peut pas juste s’entendre entre nous, entre locaux pour dire ce qu’on fait et comment? ok ça donnerai de longs palabres et des cris… mais à la fin on serait peut-être tous un peu plus d’accord et content ensembles, non? alors pourquoi aller élire à la place des gens qui vont décider mal pour tout le monde?
    (et rêvez pas les palabres et les cris, ils auront lieu quand même puisqu’il faudra lutter pour empêcher les plus grosses conneries de passer…)
    au final on croit rationaliser, économiser et voir grand… mais on ne fait que déléguer et perdre le droit d’être responsables ne serait-ce que de nous-mêmes.
    Et pourquoi? parce qu’on a peur de perdre notre chômage potentiel, notre sécurité sociale et que les djeuns d’à côté c’est p’tet des camés qui vont nous étriper pour une dose?
    et si ces peurs-là était un non-sens hors le système actuel et que leurs existences étaient justement liées au système en place?
    « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » Franklin.

    Répondre
    1. Mailiseli

      Tu évoques l’auto-gestion des gens à une échelle locale, mais justement, les élections municipales ne sont-elles pas… locales ?

      Effectivement, la démocratie représentative implique qu’un tas de décisions soient prises indirectement, mais serais-tu prêt à discuter avec ne serait-ce qu’une centaine de personnes à propos de la marche à suivre concernant la distribution de l’eau, par exemple ? Ou le recyclage des déchets : étudier les appels d’offres des entreprises qui se proposent de gérer ça à tel ou tel prix, avec telles ou telles conditions ; et combien chaque membre de la collectivité va mettre de sa poche pour payer cette entreprise, etc… Crois-moi, cela donnerait lieu à bien plus que « de longs palabres et des cris »…
      Et il y a des dizaines d’autres exemples semblables ! N’est-il pas plus efficace d’accorder sa confiance à tel ou tel technicien spécialiste d’un sujet pour s’occuper de sa gestion au mieux ?

      Par ailleurs, ta position me semble un peu contradictoire : si tu prônes une auto-gestion ultra-locale de, disons, certains domaines de la vie quotidienne, pourquoi refuses-tu de t’impliquer et de t’engager dans quoi que ce soit, ce qui est bien sûr possible « en évitant toute structure étatique » ? (garder des enfants, donner des cours, faire des livraisons à vélo, jouer de la musique dans la rue, écrire un journal de quartier, organiser des repas de voisinage, accueillir des sans-abris, etc…).

      Enfin, il me semble que le système que tu rejettes en bloc t’as quand même été profitable : tu as été à l’école, chez le médecin, peut-être même une fois ou deux aux urgences… Et si tu as internet, c’est parce qu’un jour, une poignée de politiciens a décidé de « voir grand » et de mettre en place l’infrastructure nécessaire à ce que chaque citoyen puisse avoir accès à cette technologie 🙂

      Répondre
      1. nopster

        « locales » dans une petite ville oui… et encore. Quand les candidats ne sont pas parachutés là pour asseoir la position de tel ou tel clan sur le territoire… Après je ne dis pas que l’auto-gestion marche pour une agglomération dépassant une certaine taille. D’ailleurs la question est plutôt si on ne peut pas l’auto-gérer, pourquoi ne pas faire plus petit et arrêter de nous faire croire que vivre les uns sur les autres c’est vivre ensemble…
        « (garder des enfants, donner des cours, faire des livraisons à vélo, jouer de la musique dans la rue, écrire un journal de quartier, organiser des repas de voisinage, accueillir des sans-abris, etc…) »
        je n’y vois rien d’obligatoirement étatique… par exemple l’école privée à côté de chez moi, la garderie c’est les parents à tour rôle, les travaux aussi le week-end. Les instits choisis par les parents… et c’est dingue ça coûte moins cher que le public… incroyable non ? (50€/trimestre/enfant) (avant de me dire que l’école publique est gratuite calculez combien il faut retirer sur vos impôts pour payer les instits fonctionnaires…)
        Sinon mauvaise pioche je n’ai jamais été à l’école (j’étais pas en france pour la majeure partie et pas d’école française à disposition et de toute façon je faisais parti de ces enfants trop remuant pour être acceptés dans une école : donc scolarisation à domicile, même pas suivi le programme du cned)
        Le médecin je le paye et je ne suis pas remboursé par la sécu : je n’ai pas de carte vitale et je n’ai jamais cherché où il fallait envoyer les feuilles de soin. Bon je suis peu malade aussi.
        Et internet soyons sérieux : l’état n’y est pour rien, les financiers si. Et juste pour le fun, si on veut vraiment on peut même avoir un internet indépendant et communautaire : http://www.bastamag.net/Piratebox-ou-comment-echapper-au

        donc c’est bon merci, besoin de rien !
        Je suis juste contradictoire dans le fait que je sois encore ici et pas déjà parti ailleurs, mais c’est comme tout : j’ai besoin des fonds pour partir et je ne souhaite pas les générer en marchant sur le système global ou l’assistance de l’état… en fait je crois que je préférai faire la manche plutôt que de toucher des allocations chômages, au moins je sais à qui je dis merci.

        Répondre
    2. Nepsie Auteur de l’article

      Et bien Nopster, pardon mais moi je n’ai pas voté pour une tête de liste. J’ai voté pour des idées, pour un programme, et je n’en avais rien à faire de la personne. Et je pense qu’en dehors des gros partis il y a un égo moindre de la part de ceux qui se présentent, ce qui fait que je ne cautionne pas non plus un pouvoir qui se partage par les plus gros. Donc oui je préfère voter et je suis contente que certains réussissent à percer de la sorte.

      Ensuite je trouve ça un peu facile de se dire « tous pourris, je cautionne pas » et de ne rien faire. Pourquoi ne pas se bouger ? Si ça ne te convient pas, tu ne dois pas être le seul, non ? Tu as pensé faire un regroupement ?

      Pour le reste franchement je suis d’accord, et les histoire de chomage, de croissance, d’économie et de sécurité me font vomir. Mais je n’ai justement pas voté pour ça, parce que certaines personnes se sont bougées pour me le permettre et je suis heureuse de pouvoir montrer que mettre des caméras de surveillance partout je ne cautionne pas. En ne votant pas je laisse à quiconque le choix de penser que je pourrais être pour ça, au contraire, et ça ça m’emmerde.

      Répondre
      1. nopster

        En fait, je n’ai jamais regardé en détail les programmes j’avoue… Pourquoi ? Parce que déjà les gros titres de la prévision/promesse en général sont peu ou prou respectées. Oui les gens mentent en général mais on oublie à chaque élection on dirait. Donc autant jugé à la tête du futur élu, qui il est et d’où on le connaît pour savoir si on peut lui faire confiance. Après je sais qu’il faut faire avec ce qui est possible et que les prévisions ne sont justement que des prévisions et qu’il n’y a pas une majorité de personnes qui voteront pour « du sang et des larmes » même si c’est tout ce qu’on peut honnêtement promettre.
        Je ne pense pas « tous pourris » d’ailleurs. Je pense que c’est le fonctionnement global du truc qui fait que si tu veux réussir il faut appliquer leurs méthodes. La preuve : la majorité de l’électorat est sans doute pas très informé ou pas très malin, tu sais que tu peux faire au mieux pour eux ((ou moins pire que les autres) mais si tu es honnêtes avec eux en leur promettant un programme réaliste, ils ne voteront pas pour toi et ce sera pire pour eux… tu fais quoi ? Ben tu t’alignes et tu mens comme les autres. Et une fois en place tu grattes sur tout pour essayer de faire marcher tout en mécontentant le moins de monde possible pour pouvoir être utile le plus longtemps sans te faire jeter (pas de nuances avec conserver sa place et ses avantages : la motivation est opposée mais les actes sont les mêmes!) résultat tu passes plus de temps à monter des compromis et des circonvolutions plutôt que d’affronter et régler les problèmes…
        pas « tous pourris » donc, sans doute même à peine une minorité, mais une incapacité à penser en dehors de la structure ça oui. Mais comment faire autrement ?
        Le vote blanc me semblait une bonne idée pour montrer que l’on ne cautionne pas et que l’on veut autre chose que le « moins pire » … Mais dans la structure actuelle c’est un non-sens : on fait quoi en cas de majorité du blanc : on revote encore et encore et on attend plusieurs années avant de pouvoir fonctionner ? En plus voter blanc c’est le contraire de ce que tu demandes : voter blanc c’est dire « ok, rien ne me convient, quoi d’autre sur le menu ? » ne pas compter le vote blanc oblige les gens à se bouger pour proposer un truc ou une liste qui leur corresponde plutôt que de de ne rien faire en attendant qu’on leur apporte en gros. Donc je crois qu’au final c’est une mauvaise solution.
        Après le système est conçu pour que l’on accepte le « moins pire » : faut pas rêver, il est impossible d’attirer positivement tout le monde, donc il y aura toujours obligation de choisir au plus près et pas pile dans ses convictions, sauf à avoir monter son parti et là s’il fat autant de parti que de communautés, les élections vont être sport ! Qui dirige ? La plus grosse communauté ou celle qui la plus universelle ? Donc la moins pire.
        Moi je ne m’engage pas pour changer les choses parce que je ne comprends pas qu’il faille s’engager… en fait je vis suivant ce qui me semble bon, et je fait en fonction des gens autour de moi tant que je suis là. Je ne fais rien pour les emmerder et sinon je fais ce qui me chante que ce soit autorisé ou non. En fait je suis incapable de reconnaître une frontière et un état. Je sais que c’est absolument déplacé ici et donc je sais qu’il faut que je parte là où c’est toléré et où tu peux toujours discuter de ce que tu veux faire.(faut que je cherche d’ailleurs… la planète est quand même plombée d’états pénibles !)Pourquoi lutter ? C’est déjà difficile rien que de manger correctement (ie de la nourriture pas trop dénaturée) pourquoi me battre pour changer les choses pour les autres ? Ils font ce qu’ils veulent et ils choisissent ce qu’ils ont. Moi je choisi pour moi et c’est déjà dur comme ça.
        Après peut-être que si tout le monde était assez égoïste pour prendre soin de soi plutôt que de penser au bien des autres le monde serait super sympa en fait !

        Répondre
  8. bleu

    ah vaste question ! je pense que ce qui compte ce n’est pas exactement « voter » mais « avoir un comportement électoral volontaire » !
    et donc si l’abstention n’est pas subie mais réfléchie, elle se justifie autant que le vote A ou B ou même blanc…

    Car en réalité, le système nous amène à croire qu’une « majorité » vote, mais l’ensemble des votants ne constituent qu’une infime minorité de la société !!
    ça semble dingue, mais si on fait les comptes exacts par rapport à l’ensemble de la population, on arrive à des résultats vraiment surprenants. Là il y a des calculs qui nous montrent un peu l’arnaque : http://www.contrepoints.org/2012/04/12/77021-pourquoi-voter-abstention

    Donc être citoyen ok, et l’abstention citoyenne pourquoi pas, ce n’est pas forcément un oxymore !!
    en tout cas super note de blog pour ouvrir le débat, je fais circuler

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      L’abstention perso ça me pose un problème. Je sais que ça peut être réfléchi mais ça ne change rien pour le moment. On pourrait être 5 à voter sur la France entière / sur une ville que le suffrage compterait malgré tout. Du coup elle aura beau être citoyenne et assumée, tant qu’on ne se sera pas battue vraiment pour qu’elle soit reconnue ça ne comptera pas. Et oui, je trouve ça révoltant ! Ça m’énerve d’autant plus que ça doit bien en arranger certains.

      Pour les votes, oui, je comprends et je le déplore aussi. Et ça m’énerve que les « étrangers » ne puissent voter, par exemple. Et ça m’énerve que certains Français aient ce pouvoir mais ne s’en servent pas.

      Répondre
  9. E.B.

    Salut Nepsie !

    Je ne vais pas voter ce dimanche, car je suis sur la liste électorale de la ville de mes parents. Je rentre rarement depuis 2 ans, du coup je ne connais plus très bien ma ville « parentale ». Là-bas, on a le même Maire depuis plusieurs années, et il est bien parti pour rester encore. Je n’ai rien contre lui, je n’ai jamais eu a râler ! J’irais tout de même au second tour, car je serais dans le coin.

    Pour ma ville étudiante, disons que je n’ai jamais pris la peine de penser à changer de liste, ce qui je suppose n’est pas très compliqué… Mais du coup, je ne me suis pas renseigné pour les candidats. (si ce n’est via les tags fleuris qu’on trouve un peu partout à Nancy)

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Salut EB !

      Je comprends que ça ne soit pas facile de s’intégrer à une ville, surtout quand on est jeune. J’ai été pareille avec ma ville étudiante 😉

      Après quand c’est un village je n’ai jamais expérimenté ça, mais j’imagine qu’une voix peut être utile là encore 😉 Et puis il n’y a pas 10 000 listes et des programmes de 15 pages donc peut-être qu’une procuration c’est utile. Mais en y vivant pas, en étant entre deux résidences, c’est clair que ça n’aide pas 🙂

      Répondre
  10. Melgane

    Je suis complètement d’accord avec ce que tu dis mais je ne peux pas m’empêcher de me poser une question : est-ce que si on comptabilisait les votes blancs l’abstention serait pas moins forte par hasard ?

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Coucou Melgane !
      Si, je pense – de mon humble point de vue de presque néophyte- que ça changerai effectivement la donne :/
      Mais actuellement les gros partis perdurent un un tête à tête dans pas mal de ville, et ils sont gros, et ça les arrange, je suppose. Alors pourquoi le faire reconnaitre, ce vote blanc ?
      En revanche c’est peut-être à nous de nous bouger et de voter pour celui ou celle qui inclura ça dans son programme. On a pas l’assurance qu’il fera appliquer ça mais de toutes manières, si ça passe ce sera toujours ça de pris :p
      Après ça ne fonctionne qu’à l’échelle nationale, et par pour les municipales, je suis d’accord 🙂

      Répondre
      1. Aelim

        Je sais pas si ça changerais vraiment quelque chose… Enfin ça pourrais si les gens ALLAIENT vraiment voter blanc. Mais il y a peu de personnes qui vont vraiment le faire. Dans ma ville il y a eu 47% abstention dont 1.6% de blancs ou nuls… Je sais pas si tous ces gens qui n’ont pas voté auraient voté blanc si on leur avait donné le choix…

        En tout cas moi je suis bien contente de pouvoir voter. Et je suis tout à fait d’accord avec toi: Même un petit changement positif c’est toujours un changement positif! D’autant plus à une échelle locale: Dans ma ville quand tu regarde les liste il y en a qui proposent une nouvelle piscine, d’autres de faire plus de parcs, certains d’ouvrir la carte de bus gratuite à plus de personnes défavorisées… Je ne comprends pas que les gens ne se sentent pas concernés par de tels projets!
        Je comprends un peu plus les gens qui ne vont pas voter aux européennes ou présidentielles car ils ont l’impression que cela ne changera rien pour eux, que cela ne les touche pas… Mais les municipales peuvent directement impacter votre vie quotidienne!

        Répondre
  11. Adélaïde

    Je ne sais pas encore si je vais voter… Et si j’y vais, c’est pour voter blanc…
    J’ai bien conscience que voter est un droit mais aussi un devoir, mais pour ma part, je ne vois pas pourquoi me déplacer pour mettre un bulletin blanc, qui pour moi, résulte de la colère vis-à-vis de la municipalité actuelle de ma ville (ni celle de la municipalité précédente qui aujourd’hui joue la carte de l’hypocrisie sur son propre bilan) qui emploie des méthodes dignes de Vichy (je n’ai pas peur des mots… mais quand on appelle les citoyens à la délation et aux mépris de la dignité humaine parce que des personnes sont sans papiers) et qui ne daigne pas recevoir quelqu’un qui en fait la demande.
    Ne pas aller voter, je considère ça aussi comme une sanction pour les politiques sortants mais aussi les entrants : c’est bête mais je me suis naïvement toujours dit que certes, avec ma philosophie de voter pour quelqu’un et « pas contre », je donnais une légitimité à la personne qui sera élue (que ce soit celle ou non pour qui j’ai voté), alors qu’en ne votant pas ou si je vote blanc, dans mon esprit c’est aussi refuser sa légitimité au pouvoir en place (imaginons, un scrutin : 60% d’absentéisme ou vote blanc, deux candidats : un qui obtient 22%, l’autre 18%. Comment du coup les protaganistes peuvent ils asseoir leur légitimité si 60% de la population a préféré s’abstenir ?). En fait, je considère que l’absence de vote ou le vote blanc peut aussi être un engagement politique (mais de changement profond) et pas forcément un désintéressement contrairement à ce qui est souvent dit.
    Le véritable problème pour moi est la non prise en compte des votes blancs ou nuls. (s’ils étaient pris en compte autrement que d’une manière anecdotique, je ne me poserais pas la question de l’abstention ou non. J’irais voter, là je me demande juste l’utilité d’y aller).

    Bon je ne sais pas si j’ai été super claire dans mon raisonnement, c’est dimanche matin et j’ai la tête dans le brouillard.

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Coucou Adelaïde !

      Ca a l’air fun dans ta ville ! 😀
      Je comprends ton dégout et ta volonté de ne pas voter pour certains candidats.

      C’est clair qu’il serait temps que le vote blanc soit comptabilisé, mais comme je le disais je pense que ça nuirai à pas mal de monde (ceux qui surfent juste sur la contestation des gens, par exemple) donc il n’y a aucun argument pour eux pour faire bouger les choses. C’est surement à nous de faire ça, d’investir chaque parti et de nous battre pour qu’il soit reconnu. Mais en intégrant un parti on devient plutôt militant pour que pour le vote blanc donc je ne sais pas ce qu’il serait possible… Peut-être un parti sans étiquette, avec un nobody qui ne serait là que pour faire passer ce vote blanc en laissant sa place après ? Genre « Je suis élu, je fais passer la loi, je vous laisse ensuite refaire une élection ? » 😉

      Ahah !

      Répondre
      1. Aelim

        Aux dernières présidentielles le parti pour le vote blanc avait pour projet de faire ça ^^
        Mais ça n’a pas marché!
        Par contre le vote blanc sera comptabilisé pour les européennes mais de façon plutôt étrange… Je ne sais plus trop comment ils ont prévu ça mais je ne suis pas sure que ce soit terrible!

        Répondre
  12. Lucie

    Merci pour cette article, je suis on ne peut plus d’accord avec ce que tu dis. Je suis rentré exprès chez mes parents pour aller voter et malheureusement le même maire se représente et c’est le seul ! Personnellement je suis déçu, je n’ai pas aimé ce qu’il a fait les précédentes années et encore moins sont programme ! Je me demande si c’est mieux d’aller voter blanc ou pas du tout, car le vote blanc n’étant pas reconnue, c’est un peu comme s’il nous demander même pas notre avis, car même s’il n’a pas la majorité a ce tour, au prochain tour il sera quand même élu… Je suis frustré j’ai l’impression qu’on m’a enlevé mon droit de vote même si j’extrapole un peu ! =s

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Je pense que voter blanc servira plus que de laisser faire croire qu’on fait parti des gens qui s’en fichent. Comme on refuse la parole pour ces scrutins on laisse les autres émettre des hypothèses sur nos volontés. Du coup oui, ça peut passer pour de la contestation mais ce qui sera le plus facile c’est de songer que les abstentionnistes s’en fichent et c’est tout !

      C’est d’une tristesse… Moi aussi je suis frustrée et moi aussi je trouve que ça entretient des élections qui ne sont pas justes.

      Répondre
  13. Fanny

    Bah en fait, je n’ai pas vraiment de raison particulière, et encore moins justifiable, pour ne pas voter.
    Concrètement, je ne suis soit pas au courant qu’il faut voter, soit j’oublie quel jour c’est, et du coup, je sais pas qui c’est qui se présente. Et le mieux, comme je ne me renseigne pas, bah je ne sais pas qui sont ces gens, ni même ce qu’ils veulent. Et quand je me décide à lire leurs objectifs, je ne m’y retrouve nulle part. Je ne suis pas à gauche, je ne suis pas à droite, encore moins au milieu, ni nulle part ailleurs. Généralement, je ne comprends même pas ce que veulent les candidats, et je ne veux pas voter pour quelque chose que je ne comprends pas..

    Je suis une utopiste je crois, donc personne ne me convient.
    En fait, il faudrait que je prenne une idée chez chacun d’entre eux pour créer le candidat parfait, mais ça marche pas comme ça ^^ En plus, aujourd’hui j’ai des choses importantes à faire, personnelles, mais qui elles, affecteront réellement ma vie, et directement. ça peut paraître idiot de ne pas trouver ces choses intéressantes, mais je suis le genre de personne qui, lorsqu’elle n’a pas d’avis, ne veut pas s’impliquer. Je ne pourrais pas me féliciter pour le choix final, mais je ne me blâmerais pas non plus pour celui ou celle qui sera choisi. Je ne me mouille pas. Une forme de lâcheté en soi, je l’avoue.

    Et surtout, j’ai pas changé de bureau de vote.. Je suis toujours à mon ancien ville ^^’
    C’est pas loin, mais bon faut y aller. Si j’ai le temps, j’y passerais, histoire de..

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Coucou !

      Même pour des municipales tu ne comprends pas ? 🙂

      Parce que les programmes locaux sont assez simples, il s’agit de mesures concrètes ( plus / moins de parking , ajouter ou non des arbres, améliorer les transports en communs, ajouter des crèches, etc).
      Après je comprends qu’on ne saisisse pas les tenants et les aboutissants de telles propositions mais en en discutant autour de soi ça vient vite comme réflexe !

      Généralement on voit quand même des sensibilités au moins sur les extrêmes, quand on voit par exemple que la gauche (la vraie) souhaite aider la culture et faciliter les trajets à vélos alors que l’extrême droite préfère installer des caméras et remettre des parking dans toute la ville 😉

      Pour les idées du PS ou de l’UMP, par ici effectivement les idées sont pauvres et presque identiques.

      Répondre
      1. Fanny

        Au final, je suis allée faire mes affaires, et je me suis dit que, tant qu’à faire, vu que j’étais dans ma ville, autant aller voter. Pour qui ? J’en savais rien, et je m’en fichais un peu à vrai dire. Sauf que.. Bah naturellement, j’avais oublié. Alors quand ça m’est venu à l’esprit, je me suis rendu compte que je me promenais pas avec ma carte de vote sur moi xD
        Du coup, mon élan de citoyenneté s’est étouffé dans l’œuf, à cause de ma distraction habituelle.

        Et oui, je ne comprends pas ce qu’ils veulent. J’ai beau lire leurs affichettes, je n’arrive pas à comprendre. Et personne dans mon entourage de toute manière ne s’y intéresse, et surtout pas ma mère vu qu’elle n’a pas le droit de voter. Du coup, le vote ou la politique n’est/ ne sont pas des sujets que l’on aborde très souvent.. J’ai conscience que ça peut paraître idiot, mais c’est tout :/

        Répondre
  14. Nynanouf

    Bonjour Nepsie!
    Merci pour ce post qui résume exactement ce que je pense 🙂 Je me sens moins seule c’est cool 🙂
    J’ai 20 ans et j’ai voté pour la première fois en 2012 et j’étais contente de pouvoir faire entendre ma voix !
    Comme toi je me dis qu’on a la chance de pouvoir vivre dans un pays démocratique où on peut donner son avis, et je me dis toujours que par respect pour les personnes qui ne peuvent pas voter dans leur pays, je dois essayer d’utiliser au mieux le droit précieux qui m’est accordé, le droit de vote.
    Même si parfois je trouve ca compliqué de comparer les programmes et que en plus les élus ne respectent pas toujours ce qu’ils ont promis, je me dis aussi « au moins j’aurais essayé ».
    J’ai du mal à comprendre les personnes qui ne vont pas voter, mais j’essaye quand même.. Mais par contre ce que je ne supporte pas c’est les gens qui ne vont pas voter et qui après se plaignent!!! J’adore le passage que t’as écrit « Mais vous êtes cons ou quoi c’est évident que c’était par là! » Ca résume trop ca!!!
    Alors c’est sur qu’on peu parfois être découragé parce que y’a beaucoup de problèmes dans notre pays, politique, économiques, de santé, d’éducation etc… Mais il y en a dans tous les pays non ? Et en France je trouve qu’on a quand même moins de problèmes qu’ailleurs (je précise juste que je dis pas ca parce que j’ai pas été atteinte par les problèmes du pays au contraire, mon père s’est retrouvé au chômage à cause de la crise et toute ma famille a volé en éclat, et j’ai fait un burn out en partie à cause d’études qui m’ont infligé une pression énorme, donc non je suis pas un bisounours qui voit tout en rose et je pense que oui y’a des choses qui vont pas dans ce pays).
    Enfin bref pour moi ne pas voter = laisser les autres décider pour soi.
    Car effectivement en France le taux d’abstention et le vote banc ne sont pas vraiment pris en compte par les politiques, on a jamais vu aucune élection annulée parce que les politiques se sont dit « oulala il y a beaucoup de vote blancs et/ou d’abstention, peut etre que cela exprime un mécontentement de la part des gens, nous allons le prendre en compte et changer nos programmes ».
    Et c’est bien dommage que l’abstention et le vote blanc ne soient pas pris en compte, mais c’est un fait, et il faut faire avec. Comme le système n’est pas parfait, je pense qu’il faut être plus malin que le système et essayer d’en tirer le meilleur profit : c’est à dire selon moi, voter pour le programme qu’on trouve « le mieux » ou « le moins pire ».
    Après si on veut vraiment montrer son mécontentement je pense que il y d’autres moyens de le faire que le vote, à travers des pétitions, des manifs, des lettres aux élus, engagements dans des associations, syndicats etc…
    Mais je pense que se dire que parce qu’on ne va pas voter ou que l’on vote blanc on exprime son mécontentement c’est se tromper. Les politiques n’en ont rien à faire, ils ne perdront pas cela en compte!!
    Et je pense que cette illusion que l’on peut exprimer son mécontentement à travers un vote est entretenue par les politiques et les médias… C’est un peu leur technique de nous faire croire qu’on est libres en nous montrant indirectement le chemin qu’il faut suivre pour exprimer son mécontentement.

    En résumé, pour moi (c’est simplement mon avis):
    voter = exprimer sa voix en votant pour le programme le « mieux » ou « le moins pire »
    ne pas voter = laisser les autres décider pour soi (de toute façon à la fin il y aura bien un candidat élu)
    exprimer son mécontentement = signer des pétitions, écrire des lettres aux élus, faire des manifs, s’engager dans une association, un syndicat etc…

    Voili voilou 🙂 Tout ceci n’est que l’avis d’une petite citoyenne de 20 ans sans peu d’expérience bien sur, en tous cas je suis bien contente de voir que je suis pas la seule à mon âge à me poser des questions sur la politique en général (sans être pour autant une militante pour tel ou tel parti) merci Nepsie et bravo pour cette note!! 🙂

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Coucou Nyanouf ! 😀

      Je n’ai rien à ajouter, voilà, je suis totalement d’accord avec ton raisonnement !
      Et qu’on ai 20 ans, 23, 40 ou 80, du moment qu’on a envie de faire bouger les choses (si ça avance, c’est encore mieux 😉 ) c’est vraiment chouette. Je suis vraiment triste quand j’entends des gens de notre age qui ne sont pas politisés, ou qui n’ont juste pas envie…
      Ca m’énerve que la politique soit devenu quelque chose d’élitiste (enfin, on voit quand ça se veut populaire, eurk) et de si fermé… Ils ont réussi à dégouter une bonne partie des gens, nos hommes politique. C’est chouette… Merci à eux.

      Répondre
  15. Laetitis

    Je n’ai pas voté simplement parce que je suis loin de ma ville natale à cause de mes études, ça fait un peu cher le bulletin ! Mais dès l’année prochaine, je serais de nouveau apte à voter. Même si personnellement j’en vois pas l’utilité parce que je suis une grosse pessimiste de merde haha. « Rien ne changera de toute façon » « Lui est moins pire que lui certes mais ils sont tout les deux nazes au final » C’est ce que je me dis, mais j’ai bien conscience que c’est idiot! Alors je ne vote jamais pour quelqu’un dont je serais fière de voter, mais pour « le moins pire » C’est triste je trouve :/

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Coucou Laetitis !

      Mais quelles sont tes idées ? :p
      Peut-être que tu n’es pas tout seule à penser ça dans ton village, peut-être que vous pourriez faire bouger les choses et avoir enfin la possibilité de voter pour quelque chose qui vous conviendra vraiment et pas pour le moins pire 😉
      Ca demande de l’investissement, oui, mais c’est pour le bien commun, donc utile, non ? 🙂
      Enfin, je raisonne comme ça moi 🙂

      Répondre
  16. yaiaou

    Salut,
    Je rajoute un appui à ce que dit nopster : je ne vote pas parce que je ne suis pas d’accord avec le système mis en place. Si je vote, je cautionne ce système, et je légitime le pouvoir en place quel que soient les élus. Et je ne veux pas. Alors oui c’est prendre le risque, entre le pire et le moins pire, d’avoir le pire.
    Pour moi ne pas voter est un acte plus engagé que de voter blanc : si un gouvernement se fait élire avec plus de 50% d’abstention, il aura du mal à justifier la légitimité de son pouvoir… Et puis pourquoi directement assumer que les gens ne votent pas parce qu’il s’en foutent? Et surtout pourquoi ne pas réfléchir à pourquoi autant de gens d’en foutent? Peut être que si voter changeait réellement quelque chose, les gens s’en foutraient moins? C’est peut être aussi révélateur…
    Je n’ai pas toujours pas voté, ma décision est le résultat logique d’une réflexion sur mes valeurs et mes convictions.

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Bonjour Yaiaou !

      Je suis vraiment d’accord avec toi pour la partie compréhension de l’abstention. Les gens ne votent peut-être plus parce qu’ils en ont marre, mais peut-être aussi parce qu’on les a enfermé dans une vie qui ne voit pas l’utilité de cet acte. La faute à qui ? Au système ? Aux votants ? Aux élus ?
      Peut-être, selon moi, à cette génération d’homme politiques qui se battent pour leur carrière et nous pour leurs idées. Du coup oui, c’est triste, parce que c’est pourtant un acte utile de voter : pour soi mais pas que.

      Mais si on ne ne vote pas, on laisse le choix à ces dirigeants de penser que ceux qu’ils gouvernent s’en fichent. C’est pas ce que je pense, mais je suis sure que c’est loin d’être leur préoccupation à eux, du moment que ça ne les empêche pas de progresser.

      Alors quoi ? On ne vote pas et on laisse le truc s’enliser ? On attend d’être embourbé ? Je préfère donner du crédit, en attendant ce moment là, à des idées qui me semblent justes plutôt que de croiser les bras en attendant. C’est peut-être vain, mais au moins j’aurai essayé.

      Et en amorçant un changement peut-être que ça s’améliorera. Oui certains n’ont pas envie de faire bouger les choses, et ces gens là accaparent le pouvoir, mais justement je préfère montrer que ce pouvoir, j’ai envie de le laisser à d’autres.

      Et si c’est un souci de valeurs, de convictions, en s’investissant là dessus on peut découvrir plein de choses qui pourraient faire bouger ça à l’échelle locale et apporter du grain à moudre aux politiques, et des envies aux électeurs.

      Répondre
  17. Lipsy

    je suis tout à fait d’accord que voter c’est un droit essentiel. J’ai toujours voté mais j’ai eu du mal à comprendre les gens qui ne votaient pas avant mais voilà je déménage tous les ans depuis 3 ans : alors je vote où ? et pour quoi ? pour des gens que je ne connais ? pour des politiques qui ne seront jamais appliquées pour moi ? comment ai-je le droit de donner mon avis. Et si je vote blanc cela veut dire que je ne trouve pas mon compte dans les candidats, ce qui n’a rien à voir.
    Mais le vote est essentiel, et je suis d’accord avec les **** qui disent « oh il est trop nul lui  » « t’as voté? » « bah non ça sert à rien et puis j’avais la flemme de sortir »

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Bonjour Lipsy !

      Oh, je comprends pour les déménagements et ce n’est pas très enthousiasmant d’avoir la sensation de ne pas voter pour soi, mais c’est toujours ça de pris, non ? 🙂
      Peut-être qu’en retournant dans une de ces villes tu auras de bonnes surprises et tes choix t’auront malgré tout servi, même le temps d’une journée, qui sait !

      Après je comprends et j’ai peut-être une vision un peu spéciale de la chose, parce que j’ai aussi envie de donner du crédit à des petites listes et que même si je ne prévois pas de rester ici, j’ai envie de les encourager. Même si je sais qu’ils ne passeront pas et que je ne verrai jamais la couleur de leur programme appliqué 🙂

      Répondre
  18. Maud-Marie

    Moi j’ai pas voté… parce que je vis en Angleterre. Tu m’en veux ? ^^

    Non sinon, blague à part, je comprends ton point de vue du fait que, même un petit vote de rien du tout peut faire changer les choses. (Comme disait l’Empereur : « Un simple grain de riz peut faire pencher la balance ») C’est donc apporter une modeste contribution à quelque chose qui nous tient à cœur. Alors peut-être que ces personnes qui ne votent pas ne veulent rien changer. Ou se disent que ça ne vaut pas la peine. Que ça ne comptera pas.

    En tout cas tu résumes parfaitement bien les choses, surtout pour les graphistes.

    Répondre
    1. Nepsie Auteur de l’article

      Au bagne, Maud-Marie ! Au bagne ! :p

      Non, je n’en veux à personne, c’est juste de l’incompréhension et du découragement vis à vis des abstentionnistes 🙂

      Effectivement, ça doit être ça, je pense aussi. Mais je trouve ça triste qu’on en arrive là. Comme je le disais plus haut je ne sais pas à quoi c’est du. Est-ce l’atmosphère politique et ceux qui en ont la tête (et pas que le PS, je parle vraiment des « grosses tête politiques ») qui nous en dégoutent ?

      Répondre
  19. Nao

    Je n’ai pas voté parce qu’ayant récemment déménagé, je suis toujours inscrit sur les listes de mon ancienne commune.
    Moralement, je ne me sent pas la légitimité de voter pour le maire de quelqu’un d’autre, même si j’avoue avoir eu envie d’aller soutenir le maire sortant qui a fait du bon boulot.
    C’est une bonne raison, ça, non ?

    Répondre
  20. Ping : Blogosphère 2 | Pearltrees

  21. Dame-Fée

    Tu dis que ne pas voter c’est cautionner l’immobilisme.

    Pour moi c’est le contraire. Tous les partis sans exception font le maximum pour que rien ne change. C’est toujours capitalisme, mondialisation, les animaux ont des droits sur le papier mais on les tue quand même, etc.
    Donc aller voter pour l’un d’entre eux pour moi c’est dire « continuons comme ça, ça me convient ».

    Ensuite tu dis qu’on ne peut être d’accord à 100% avec un parti et voter pour lui quand même.

    C’est vrai. Et si j’étais d’accord en grande partie avec les idée d’un parti à l’exception de quelques petits trucs j’irais voter. Mais ce n’est pas le cas. Je dois partager à tout casser entre 2 et 20% des idées des partis. Et 20% ça veut dire que je devrais voter et encourager un parti avec lequel je suis en désaccord de 80% ? Ce n’est pas comme ça que j’envisage la démocratie.

    Au début je votais blanc, par principe. Parce que je ne voulais pas laisser passer la chance de m’exprimer. Sauf que le vote blanc ne compte pas. Et je n’apparaissais nulle part ! Au final mon vote comptait dans les chiffres des partis.
    L’abstention regroupe tout (ceux qui s’en fichent, les mécontents, les oublis) mais au moins on a un semblant d’existence.

    J’ai hésité à aller voter pour les municipales. Puis les élections ont approché, et j’ai vu défiler dans ma maison de quartier les partis de gauche, ceux dont je suis le plus proches (les autres ne sont pas venus car j’habite un quartier dit populaire et pour parler franchement, le centre et la droite font tellement contre les arabes qu’ils n’ont pas eu le culot de se déplacer jusque chez nous).
    Ils sont venus prospecter jusque dans mon immeuble, j’ai donc eu l’occasion de parler avec eux dans lm’ascenseur (ils ne faisaient que distribuer des tracts en les glissant par la porte). Ça a été la douche froide. Je suis tombée sur de futurs élus snobs et suffisants, aux attitudes d’aristocrates et complètement déconnectés de la réalité du « peuple ». Je fais pourtant partie de ces familles de « bien nés », mais les politiques c’est un autre monde, un monde de privilèges qui les éloignent de la réalité. Ces snobs étaient pourtant de EELV et du PS !
    Honnêtement je ne vois pas ce que des gens qui ne savent pas ce qu’on vit peuvent faire pour ma ville. Donc je n’ai pas voté.

    Cela dit ça ne m’empêche pas de rester très renseignée et d’agir autrement. J’incite mes élèves à le faire, ou en tout cas à ne pas s’abstenir par flemme. Je veille aussi à être inscrite sur les listes.
    En bref, ne pas voter ce n’est pas ne pas s’investir, c’est refuser de s’investir pour une mascarade et cautionner les résultats qu’on obtient. Et le jour où le vote blanc ne comptera plus pour du beurre, je retournerai voter avec plaisir.

    Répondre
  22. Amandine

    Salut Nepsie !

    J’arrive après la bataille mais je dois avouer que j’ai découvert ton blog (que je dévore) il y a une heure à peine…
    D’une certaine manière, c’est pas plus mal, il y a toujours beaucoup trop de tension durant les élections (surtout les dernières européennes) et ça finit bien souvent en bain de sang ou règlement de compte (avec extrapolation des sujets etc).
    Je suis consciente que le vote est un superbe outil pour exprimer des opinions…Pour autant, je n’ai voté qu’une fois, pour les européennes de 2009, tout juste 18 ans et forcée. Cela ne m’empêche pas de suivre l’actualité politique, bien au contraire. A cela, je donnerai plusieurs raisons :

    1) Je ne suis jamais restée plus de 9 mois dans la même ville depuis mes 18ans, en raison de mes études. Il est alors difficile de se rendre réellement compte de l’évolution de la ville en matière d’idées, de projets etc.
    2) Mes parents, très impliqués politiquement lorsqu’ils étaient jeunes ont vite été extrêmement déçus et désabusés par le système politique et démocratique en place. Ils ont dès lors toujours refusés de voter et ne m’ont pas éduquée à ce « devoir » (qui déjà marque, selon moi, une attitude forcée). Alors tu me diras sans doute que ce que je vais dire par la suite a été influencé par mes parents. Je te dirais, sans aucun doute, puisque notre façon de penser, nos goûts, nos actions se définissent sociologiquement et culturellement (tadaaaaam la fille pas du tout embobinée par Bourdieu). SAUF QUE, pas uniquement. J’ai la chance d’avoir des amis et un entourage où chacun a une vision différente de la chose (ou presque) et où les débats fleurissent. Gourmande comme je suis, je me suis nourrie de toutes ces idées, et ma pensée a évolué au fur-et-à-mesure. J’en viens donc au :
    3) Je ne vais pas voter, non seulement parce que je ne me reconnais dans aucun parti (bien sûr il y a toujours des idées intéressantes par ci par là et ce dans tous les partis), mais je ne me sens pas représentée. Tu as raison, dans ces cas là, la solution serait le vote blanc. Ainsi on montre qu’on est d’accord avec aucune des idées proposées. Sauf qu’il y a eu tout un tapage sur le fait que le vote blanc était comptabilisé (youpiiiiiii) mais il n’est, en fait, pas vraiment reconnu (bouhouhouuuuu). En effet, lorsque le vote blanc est majoritaire, on prend alors le candidat qui a eu tout de même le plus de voix. Autrement dit, plutôt que d’entendre que nous ne sommes pas d’accord en revoyant les élections (candidats, listes, idées etc), on étouffe ces voix et on impose celui qui a récolté le plus de voix. De ce fait, le vote blanc ne sert peu ou prou à…rien (selon moi). Je me sens donc lésée. Lorsque je décide de ne pas aller voter, je me retourne contre le système en lui-même. En effet, si je vais voter, même si mon vote est blanc, je cautionne ce système là puisque j’y participe. En n’allant pas voter, certes je peux être prise pour quelqu’un qui s’en fiche. Mais concrètement, je pense (je suis peut-être naïve) que si la majorité des gens ne va pas voter, ce n’est pas parce qu’elle préfère s’engraisser sur son canapé en mangeant des chips et en regardant tellement vrai….Et je pense que si l’on nous donne cette image là, en réalité les politiques savent que si les gens ne vont pas voter, c’est parce que ce système ne leur convient pas.
    Bref, je pense que ce système de voter pour des personnes qui sont censées nous représenter n’est pas bon. Il y a trop d’intermédiaires et souvent tu te retrouves lésé parce que tu as voté pour une personne qui (tu croyais) t’avais compris alors que pas du tout, ou alors qui a fait tout un tas de promesses pour arriver à son but mais qui ne les tiendras jamais (puisque de toutes façons, maintenant, il est tranquillou à la tête de l’état, et même s’il est ejecté au bout de cinq ans, il en aura bien profité et est tranquille pendant un sacré bout de temps). Je pense que le meilleur système serait que les citoyens votent directement les lois, qu’il n’y ait pas d’intermédiaire. Des spécialistes pourraient réfléchir sur les différents textes proposés et ces derniers seraient clairement expliqués au citoyen, qui voterait pour ces lois ou non. Ce pourrait être sous forme de référendum par exemple. Je pense aussi que n’importe quel citoyen devrait avoir le droit à la parole et pouvoir proposer ses idées. Si ce système était mis en place, je peux t’assurer que je serais la première, la bouche en coeur, à aller déposer mon petit bulletin. Mais ce système n’arrange pas les dirigeants en place (qui en fin de compte ne sont pas les vrais dirigeants, puisqu’ils ne sont que les tristes marionnettes des banques), et je pense que tu as très bien compris pourquoi. Alors c’est peut-être utopiste, naïf et incompréhensible, mais pour moi, ne pas voter est un boycot du système électoral dans son ensemble. C’est la seule forme de contestation que j’ai pu trouver à ce jour.
    4) Ceci dit, je pense que le vote ne définit pas la citoyenneté. Selon moi, on est citoyen par tous les gestes que l’on effectue au quotidien, ainsi que par ses actions. Aider une mamie à traverser est un geste citoyen. Etre bénévole dans une association est un acte citoyen. Accueillir des étrangers chez soi gratuitement (oui je suis une adepte de coachsurfing) est un acte citoyen. S’impliquer dans sa ville ou encore faire marcher les petits commerces de son village sont selon moi des actes citoyens. Et selon moi, tous ces actes, sont, d’une manière ou d’une autre, politiques.

    Il est difficile de parler de toutes ces idées en essayant d’être claire et sans avoir oublié un argument. Parce que je trouve que c’est une pensée complexe, sans cesse en évolution, et qu’il est difficile de résumer des heures de débats en quelques lignes. J’espère donc que tu as compris (même si tu ne cautionnes pas) ma position.

    Bonne continuation en tous cas pour ton blog, je m’en vais de ce pas bouquiner la suite !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *